La Conférence du désarmement en réunion plénière officieuse aujourd'hui à Genève

24 août 2004

La Conférence du Désarmement dont plusieurs Etats membres déploraient récemment les six ans d'inaction, au moment « où les armes de destruction massive prolifèrent à grande échelle suscitant une inquiétude mondiale », tient aujourd'hui à Genève une plénière officieuse sur « la façon d'aller de l'avant. »

La Conférence du Désarmement, dont plusieurs Etats membres déploraient récemment les six ans d'inaction, au moment « où les armes de destruction massive prolifèrent à grande échelle suscitant une inquiétude mondiale », tient aujourd'hui à Genève une plénière officieuse sur « la façon d'aller de l'avant. »

La responsable des Relations extérieures de l'ONU à Genève, Elena Ponomareva-Piquier, a informé la presse aujourd'hui que la Conférence du désarmement tiendrait une réunion plénière officieuse sur « la façon d'aller de l'avant sur les questions de fond et le programme de travail. »

Mme Ponomareva-Piquier a indiqué que des copies du projet de rapport annuel seraient communiquées aux Etats-membres au cours de cette réunion et qu'une première lecture de ce projet aurait lieu lors de la prochaine réunion plénière officieuse qui suivra la séance officielle programmée le jeudi 26 août.

Deux pays ont prévu de prendre la parole ce jeudi là : la Chine et la Fédération de Russie, a-t-elle précisé.

Le 12 août dernier, lors de la dernière séance plénière de la Conférence, l'Australie s'était à son tour prononcée, après une prise de position semblable du Japon lors d'une précédente réunion, en faveur d'un traité d'interdiction des matières fissiles, une proposition américaine, arguant que cela permettrait de sortir la Conférence du désarmement de sept ans d'inaction dommageable pour sa réputation.

Le Président Hilale, dont le mandat venait à expiration, avait pour sa part déclaré que « au moment où les arsenaux nucléaires s'accumulent et se modernisent continuellement, que la militarisation de l'espace se poursuit imperturbablement, que de nouvelles armes encore plus meurtrières sont mises au point, que des armes de destruction massive prolifèrent à grande échelle suscitant une inquiétude mondiale, que les instruments internationaux en matière de désarmement sont soit violés soit reniés, que le terrorisme nucléaire, chimique ou biologique représente une menace à l'échelle planétaire et que les attentes internationales en matière de désarmement soient plus que jamais pressantes, la Conférence sombre désespérément dans son impuissance à transcender les divergences de ses membres. »

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.