Soudan : action humanitaire imminente dans des zones contrôlées par les rebelles

Soudan : action humanitaire imminente dans des zones contrôlées par les rebelles

Réfugiés dans l'est du Tchad, à Djoran
Alors que le Représentant spécial de l'ONU pour le Soudan vient d'achever trois jours de visites dans les Etats du Darfour Sud et Ouest et dans certains des camps qui s'y trouvent, les agences humanitaires se préparent à intervenir dans des zones sous contrôle de l'Armée de libération du Soudan où le nombre des personnes déplacées est estimé à 50 000.

Au Sud-Darfour, le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Soudan, Jan Pronk, s'est rendu dans les camps de personnes déplacées de Kalma et de Kass et, au Darfour-Ouest, dans celui de Netriti (carte des réfugiés au Darfour). Dans ces trois camps, il a rencontré des travailleurs humanitaires et des représentants de personnes déplacées, a indiqué aujourd'hui, lors de son point de presse quotidien, le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric.

Parallèlement, il s'est entretenu à deux reprises avec le Gouverneur, aussi appelé le « Wali » du Sud-Darfour qui lui a fourni des détails sur les actions entreprises par le Gouvernement du Soudan pour satisfaire ses engagements en matière de sécurité dans des secteurs prédéterminés.

Au plan humanitaire, les agences de l'ONU signalent que dans le Nord Darfour, une centaine de policiers a été affectée à des points de contrôle situés à la périphérie de la ville d'El Fasher. Deux cent policiers ont également été déployés autour de la ville de Malha et un nombre non précisé d'éléments des forces de l'ordre a été déployé aux abords des camps d'Abou Shouk et de Zam Zam (carte).

Cependant, a précisé le porte-parole, cette présence accrue ne semble pas suffire à rassurer la population des camps qui exprime toujours de l'inquiétude à l'égard de la sécurité.

Toujours au Nord-Darfour, les agences humanitaires se préparent à intervenir dans les secteurs contrôlés par l'Armée de libération du Soudan. L'UNICEF notamment (le Fonds des Nations Unies pour l'enfance) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'apprêtent à lancer des campagnes de vaccination de masse tandis que d'autres agences attendent de se voir accorder l'accès à ces régions où les estimations évaluent à 50 000 le nombre des personnes déplacées qui s'y trouvent.

Dans le Sud-Darfour, la situation dans les camps de Kalma et de Kass semble s'être stabilisée et les agences, qui signalent elles aussi un renforcement des forces de sécurité et la création de deux postes de police supplémentaires, ont repris leurs activités.

Au Darfour-Ouest, a également précisé Stéphane Dujarric, les agences humanitaires indiquent que les autorités locales ont informé les personnes déplacées des endroits où il était prévu d'assurer leur sécurité par un déploiement des forces de police. Elles signalent également que des policiers arrivent par voie aérienne à l'aéroport de Geneina.

Elles sont, par ailleurs, en train de se renseigner sur les informations faisant état de mouvements de personnes déplacées le long de la frontière avec le Tchad, des indications leur étant parvenues que certaines d'entre elles retourneraient dans des endroits bien précis du Darfour-Ouest. Enfin, des interventions intensives sont en cours pour éviter une propagation de l'épidémie d'hépatite E.

En réponse à une question d'un journaliste sur la présence de Jan Pronk lors des consultations du Conseil de sécurité prévues demain après-midi sur le Soudan, Stéphane Dujarric a indiqué que le Représentant spécial ne ferait le point sur la situation dans le pays qu'au tout début du mois prochain mais qu'un des principaux responsables du Département des affaires politiques s'en chargerait lors de la réunion de demain.

- Dossier Soudan du site de l'ONU

---