Conférence nationale iraquienne : « vous réussirez », affirme l'envoyé de l'ONU

Conférence nationale iraquienne : « vous réussirez », affirme l'envoyé de l'ONU

media:entermedia_image:a5ec7713-4e62-4ff0-b3a4-310d24a3e70c
Se référant à une tradition de règlement des différends, remontant à l'époque où naissaient sur leurs terres les premières lois civiques, le Représentant spécial de l'ONU pour l'Iraq a affirmé aux participants de la Conférence nationale de Bagdad que les Iraquiens réussiraient à faire de leur pays une démocratie fondée sur le droit et rejetant la violence.

Cette Conférence nationale « est une étape d'une importance critique sur le chemin qui conduit à un but partagé par tous les Iraquiens, celui qui leur permettra de voir le pays qu'ils chérissent devenir une démocratie stable, pluraliste et intégrationniste » a déclaré hier le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour l'Iraq, lors de la première journée de la Conférence internationale iraquienne.

Le manque de sécurité, principal objet d'inquiétude pour les Iraquiens dans l'immédiat, ne pourra, « comme le démontrent les récents événement à Nadjaf et ailleurs », être réglé seulement par des mesures de sécurité, a-t-il ajouté.

Ces événements « requièrent d'élaborer un consensus politique, des actions de réhabilitation et la promotion de la primauté du droit », a fait observer M. Qazi, avant d'exprimer, « au nom du Secrétaire général, « le regret que lui inspirait la perte de vies iraquiennes précieuses et les nombreuses pertes subies par le peuple iraquien. »

« Vous pouvez réaliser tout cela et le réaliserez car tous les Iraquiens ont en partage une civilisation ancienne et une aspiration commune. Vous êtes les héritiers d'une tradition de règlement des différends par la discussion et l'édification d'un consensus. Votre terre est celle qui a donné naissance aux premières lois régissant une société. Par conséquent, l'Iraq est à coup sûr capable de créer une société civile qui adhère à la primauté du droit et dédaigne l'anarchie politique et la violence », a affirmé le Représentant spécial.

Ajoutant que « vous tous présents aujourd'hui avez l'occasion d'être reconnus par l'histoire comme les fondateurs de l'Iraq moderne qui fera la fierté de vos enfants et de vos petits-enfants et encore des leurs », M. Qazi a reconnu que « les circonstances étaient difficiles mais que, si vous gardez présents à l'esprit les intérêts de votre grand pays et de vos concitoyens qui observent avidement vos démarches, vos discussions et vos conclusions, vous réussirez. »

A cet effet, « la tolérance pour la diversité et les points de vue différents » doivent prévaloir, de même que le sens du compromis au service de l'intérêt commun. « C'est ce que l'Islam et toutes les grandes traditions nous enseignent », a souligné le Représentant spécial qui a insisté sur le fait qu'il y allait clairement de l'intérêt commun des Iraquiens d'élire un Conseil intérimaire qui soit crédible et intégrationniste de façon à assurer le succès des élections qui doivent avoir lieu d'ici au 31 janvier.

Il a conclu en assurant que son équipe, comme la Mission d'assistance des Nations Unis pour l'Iraq et le système de l'ONU au sens large étaient prêts à apporter toute l'aide possible dans ce sens.