Violence en Iraq : désarmer les milices serait une étape importante, estime Kofi Annan

13 août 2004
Kofi Annan

Se déclarant profondément attristé par la violence qui a éclaté en Iraq et en particulier par la situation dans la ville sainte de Nadjaf, le Secrétaire général estime, dans une déclaration rendue publique aujourd'hui, que le démantèlement de toutes les milices marquerait une étape importante dans la normalisation de la situation en Iraq.

Dans la déclaration communiquée aujourd'hui par son porte-parole, Kofi Annan se dit particulièrement préoccupé par les informations faisant état des conditions de santé de Saïd Moqtada Al-Sadr et réitère son appel à toutes les parties concernées pour qu'elles fassent preuve de la plus grande retenue dans ces circonstances difficiles.

Il rappelle avoir toujours clairement indiqué que le recours à la force ne devait avoir lieu qu'en dernier ressort et que les Nations Unies étaient engagées en faveur d'un règlement pacifique des différends.

Le Secrétaire général estime que la stabilité doit être instaurée par la voie du dialogue et de la réconciliation et sur la base de la négociation plutôt que par la violence, indique le texte transmis par le porte-parole.

Il continue à attacher une grande importance à ce que les Iraquiens parviennent à un consensus le plus large possible pour soutenir une transition politique pacifique, poursuit la déclaration qui indique que les Nations Unies restent déterminées à faire tout leur possible pour aider le peuple iraquien et sont prêtes à jouer un rôle de facilitateur accru pour contribuer au règlement de cette crise, si cela s'avérait utile.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.