Soudan : intensification de la présence des Djandjawids dans le Darfour-Ouest

28 juillet 2004

Alors que la mission conjointe de vérification achève son séjour au Darfour, les agences humanitaires présentes dans la région signalent une présence accrue des Djandjawids dans le Darfour-Ouest et des pressions exercées par le Gouvernement pour que les personnes déplacées rentrent dans leurs villages alors que les viols de femmes et de fillettes se poursuivent.

La mission conjointe de vérification de la sécurité au Darfour, composée de membres du personnel de l'ONU, de représentants du Gouvernement soudanais et de leurs partenaires se sont rendus dans la principale localité du Darfour Ouest et ont visité un camp de personnes déplacées avant de retourner à Khartoum (carte du Soudan).

Selon la porte-parole de l'ONU à New York, Marie Okabe, ses conclusions doivent être discutées lors de la prochaine réunion de l'instance chargée de contrôler l'application des engagements pris dans le cadre de la déclaration commune ONU/Soudan du 3 juillet dernier (cf. notre communiqué).

Parallèlement, les agences humanitaires sur le terrain indiquent que l'insécurité perdure dans le Nord-Darfour (carte des réfugiés au Darfour) où les camions de transport commerciaux sont quotidiennement attaqués alors que les convois humanitaires sont eux épargnés.

Toujours au Nord de la province, elles font état d'intimidations et de harcèlement de la part du Gouvernement soudanais qui cherche à renvoyer les personnes déplacées dans leurs villages. Celles qui sont regroupées dans les camps d'Abu Shouk et de Zam Zam ont de nouveau indiqué qu'elles avaient bien trop peur de rentrer chez elles.

Au camp de Mornei, dans le Darfour-Ouest, qui fait partie des camps visités aujourd'hui par la mission conjointes de vérification, le Bureau de la Coordination des Affaires humanitaires (OCHA) a étroitement surveillé la situation de façon à s'assurer que le Gouvernement soudanais ne mettait pas à exécution ses projets de retour forcé de la population dans leurs villages. A l'heure actuelle, OCHA indique que rien de tel ne s'est produit.

Cependant, la présence croissante des Djandjawids est signalée dans le Darfour Ouest. Au camp de Sisi, OCHA et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) ont conduit des entretiens avec des femmes qui ont été violées, parfois en allant chercher du bois, parfois lors de brefs retours dans leurs villages pour y récupérer certains objets leur appartenant.

Selon ces entretiens, pendant la semaine écoulée, au moins 38 femmes et fillettes ont été violées, la plupart du temps par des Djandjaweeds, certaines ayant fait l'objet de viols collectifs.

---

- Dossier Soudan du site de l'ONU

- Dossier photos du site d'OCHA

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.