La police soudanaise formée par l'UNICEF à l'aide aux enfants violés

26 juillet 2004

Alors que continuent à circuler des informations faisant état de violences sexuelles à l'encontre d'enfants et de femmes au Soudan, notamment au Darfour, l'agence de l'ONU pour l'enfance achève une formation de trois jours qui a pour but d'aider les policiers à interroger les enfants victimes de viols.

Cette initiative sans précédent s'efforce d'enseigner aux forces de l'ordre et aux magistrats les techniques appropriées qui leur permettront d'interroger les enfants victimes de violence sexuelle.

Au cours de la visite qu'elle vient d'effectuer au Soudan, la Directrice générale de l'UNICEF Carol Bellamy a écouté les témoignages d'enfants et de femmes qui ont subi des viols ou autres formes de violence.

« De très nombreux enfants ont raconté les mêmes histoires effroyables marquées, la plupart du temps, par des viols, incendies de village, meurtres de parents et exode de familles entières. », indique l'UNICEF, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance, dans un communiqué paru aujourd'hui.

Le viol de femmes et d'enfants a des conséquences catastrophiques sur des communautés tout entières. Les femmes et les filles sont souvent violées, dans des situations de conflit, pour instaurer des sentiments de peur et de honte dans la communauté, précise l'UNICEF.

Pour de nombreuses filles et femmes, la violence sexuelle est la culmination d'une série d'assauts menés contre leur dignité. Elles ont souvent perdu tous les éléments de leur environnement protecteur : des membres de leur famille ont été abattus sous leurs yeux, en toute impunité, leurs soeurs et mères ont été violées et des familles entières forcées de fuir, indique l'agence.

« La formation de policiers est un pas dans la bonne direction parce que, seul, du personnel bien formé devrait interroger des enfants qui ont été violés ou victimes d'abus sexuels, » a déclaré Mme Bellamy.

«Les conditions de sécurité restent très mauvaises au Darfour mais il incombe au Gouvernement soudanais de protéger ses femmes et ses filles de l'extraordinaire brutalité dont elles sont victimes depuis bien trop longtemps. Le viol n'est pas une fatalité en temps de guerre. C'est un crime et les responsables doivent être poursuivis, » a-t-elle ajouté.

Le Général d'état-major Sayyid El Hussein Osman, Directeur général adjoint de la police soudanaise, et Cécilio Adorna, Représentant intérimaire de l'UNICEF au Soudan, ont ouvert la session de formation à l'Académie de police de l'Université de Rabat à Khartoum. Deux policiers jordaniens chevronnés - un homme et une femme - ont pris part à la formation de leurs homologues soudanais, qui devrait durer 3 jours. Deux policiers soudanais ont participé à la logistique de la session, qui a réuni 32 policiers, indique l'agence de l'ONU.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.