Les réfugiés de Centrafrique au Tchad sans aide alimentaire d'ici à la fin du mois

20 juillet 2004

Ce sont les oubliés du Tchad, les 27 000 réfugiés en provenance de la République centrafricaine qui, à moins qu'un financement « substantiel » ne soient apporté rapidement, ne bénéficieront plus de l'aide du Programme alimentaire de l'ONU d'ici à la fin de ce mois.

Ils ont fui la République centrafricaine au plus fort des combats et représentent "la crise oubliée de la région", selon les termes de Philippe Le Bouffy, le Directeur et Représentant du Programme alimentaire mondial (PAM) dans le pays. D'ici à la fin du mois, les stocks du PAM seront épuisés et une chaîne, vitale pour eux, sera interrompue.

Vivant dans des camps au Sud du Tchad, souffrant d'instabilité chronique, frappés par un taux élevé de sida et plongés dans une pauvreté extrême, ce sont ceux parmi les 40 000 réfugiés originels de Centrafrique qui sont restés.

Leur fardeau constitue une autre des crises oubliées de l'Afrique subsaharienne alors que la communauté internationale a les yeux fixés sur le Darfour.

« Si le PAM cesse de leur apporter son aide, ces réfugiés vont dépendre des maigres ressources de leur communauté d'accueil ce qui peut entraîner une grave déstabilisation socio-économique », prévient Philippe Guyon Le Bouffy, dans un communiqué du PAM, publié aujourd'hui.

En plus des réfugiés de Centrafrique, le Programme de l'ONU apporte son aide alimentaire à 180 000 réfugiés en provenance du Darfour.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.