Bosnie-Herzégovine : Le pont de Mostar reconstruit bientôt inauguré

15 juillet 2004

Le 23 juillet, à Mostar, le Vieux pont reconstruit sera inauguré par le Président du Collège présidentiel de Bosnie-Herzégovine, Sulejman Tihic, et le directeur général de l'UNESCO qui s'exprimera au nom du système des Nations Unies, en présence d'une dizaine de chefs d'Etat de la région et de hautes personnalités de la scène politique européenne.

« Détruit en 1993, pendant le guerre en Bosnie-Herzégovine, le Vieux pont était le symbole de la ville de Mostar. Reconstruit onze ans plus tard, ce même pont devient le symbole de la réconciliation et de la solidarité humaine », affirme un communiqué de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture ( UNESCO ).

« Le 9 novembre 1993, le Vieux pont de Mostar s'est abîmé dans les eaux de la Neretva, sous l'impact de projectiles lourds. La ville, qui a perdu un nombre important de ses habitants durant la guerre, a été frappée en son cœur. Elle s'était à ce point identifiée à ce pont qu'elle lui devait jusqu'à son nom : « most » veut dire pont dans les langues locales. Depuis sa construction entre 1557 et 1566, par l'architecte ottoman Mimar Hajreddin, élève du célèbre Sinan, « le Vieux » - comme l'appelaient les gens de Mostar - avait résisté à toutes sortes de calamités, invasions, guerres, tremblements de terre ».

Le Vieux pont a été détruit pour sa valeur emblématique. C'est pour défendre cette même valeur que l'UNESCO s'est engagée à le reconstruire. « Nous sommes présents à Mostar afin de faire revivre un patrimoine exceptionnel qui, après avoir été pris pour cible, doit devenir un signe de ralliement, un signe de reconnaissance, le symbole fort d'une identité plurielle construite sur une confiance réciproque », a déclaré le directeur général de l'UNESCO, Koïchiro Matsuura.

Après deux ans de recherches scientifiques et archéologiques, les travaux de reconstruction, d'un coût total de 15,4 millions de dollars, ont commencé le 7 juin 2001, en présence des présidents de Bosnie-Herzégovine et d'Italie. Le 14 avril 2003, la première pierre de l'arche a été posée. La reconstruction a été achevée en avril cette année.

D'autres projets majeurs élaborés par l'UNESCO ont été réalisés à Mostar : la restauration de la mosquée Tabacica (financé par l'Arabie Saoudite, pour un montant de 200 000 dollars) ; la réalisation du plan de sauvegarde du centre historique de Mostar (financé par l'Italie, 230 000 dollars) ; la restauration du pont Kriva Ćuprija (financé par le Grand-Duché de Luxembourg, 100 000 dollars) ; la restauration du vieux hammam de Mostar (financé par la France, 150 000 dollars).

Ces deux dernières rénovations seront également inaugurées le 23 juillet, en présence notamment du ministre français des Affaires étrangères, Michel Barnier.

Le 23 juillet, le Vieux pont réunira des Chefs d'Etat de la région du Sud-est européen, dont les présidents de toutes les anciennes républiques yougoslaves. Ils s'étaient donnés un premier rendez-vous à Ohrid (ex-République yougoslave de Macédoine), sous l'égide de l'UNESCO, lors du Forum sur le « Dialogue entre les civilisations » qui s'est tenu les 29 et 30 août dernier.

C'est à ce Forum que Dragan Čović, alors à la tête du Collège présidentiel de Bosnie-Herzégovine a convié ces homologues à l'inauguration du pont. Leur présence confirme leur engagement, pris à Ohrid, à œuvrer au nom d'une « nouvelle époque où le dialogue, la compréhension et la réconciliation sont appelés à remplacer les turbulences de l'histoire ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.