Des représentants du Conseil de sécurité en mission d'étude en Afrique de l'Ouest

Des représentants du Conseil de sécurité en mission d'étude en Afrique de l'Ouest

media:entermedia_image:3b6c8b22-c14e-4024-81ae-97953ab9b755
Des représentants de 14 des 15 Etats membres du Conseil de sécurité se rendront dimanche en Afrique de l'Ouest pour une mission qui les conduiront dans sept pays, a annoncé vendredi Emyr Jones Parry, l'Ambassadeur du Royaume-Uni, lors d'une conférence de presse au siège de l'ONU à New York.

Cette mission, qui se rendra au Ghana, en Côte d'Ivoire, au Libéria, en Sierra Leone, en Guinée-Bissau, et au Nigeria, du 20 au 29 juin, « a été lancée car le Conseil de sécurité consacre environ 50 à 60 % de son temps aux questions africaines », a expliqué M. Parry, et parce que l'Afrique de l'Ouest représente une proportion importante de ce temps. Il a ajouté que la mission devrait notamment permettre un contact direct avec les trois opérations de maintien de la paix en activité dans la région.

D'autres priorités portent sur la collaboration avec la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) afin d'appuyer les efforts de l'organisation régionale, d'examiner comment rassembler les efforts des institutions de la famille des Nations Unies sur le terrain et, surtout, de débattre de la dimension régionale de la situation politique de chaque pays avec ses dirigeants.

Répondant aux questions des journalistes concernant l'objectif spécifique de la mission dans chaque pays, M. Perry a précisé qu'au Nigeria, le principal objectif serait d'entreprendre un dialogue avec le Président Olusegun Obasanjo.

« Il ne sera pas question de rencontrer l'ex-dirigeant libérien, Charles Taylor », a-t-il déclaré, précisant que la position du Conseil de sécurité sur la nécessité de le traduire en justice était assez claire.

En Côte d'Ivoire, le Conseil lancera un message ferme quant à la nécessité pour toutes les parties d'assumer leurs responsabilités et de maintenir le processus de réconciliation sur les rails. Le Conseil espère aussi pouvoir rencontrer tous les signataires de l'Accord de Linas-Marcoussis.

Au Libéria, il s'agira d'aider le Gouvernement intérimaire à respecter les critères permettant la levée des sanctions imposées par le Conseil de sécurité.

« Au niveau régional, la mission portera ses efforts sur la sensibilisation à toutes les activités de l'ONU sur le terrain – pas seulement sur le maintien de la paix – et sur les bénéfices qu'ils apportent », a précisé le représentant du Royaume-Uni.

« Il faut aussi souligner la nécessité d'une politique cohérente dans la région, afin que le règlement d'un problème dans un pays ne se traduise pas par son déplacement dans un autre », ce qui a été amplement démontré au Libéria sous Charles Taylor, où le conflit s'est propagé à la Sierra Leone et à la Côte d'Ivoire.

La mission sera dirigée par Jones Parry, qui sera accompagné de Mourad Benmehidi (Algérie), Ismaël Gaspar Martins (Angola), Joël Adechi (Bénin), Irène Vida Gala (Brésil), Ignacio Llanos (Chili), Jiang Jiang (Chine), Jean-Marc de la Sablière (France), Stefan Delfs (Allemagne), Sohail Mahmoud (Pakistan), Ana Jimenez (Espagne), Sichan Siv (Etats-Unis), de Marius Ioan Dragolea (Roumanie) et de Dumisani S. Kumalo (Afrique du Sud), Président du Groupe consultatif spécial pour la Guinée-Bissau.

---