Le Rapporteur spécial de l'ONU sur la torture annonce le report de sa visite en Chine

Le Rapporteur spécial de l'ONU sur la torture annonce le report de sa visite en Chine

Theo van Boven
Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, Theo Van Boven, a annoncé avec regret mercredi le report, à la demande du gouvernement chinois, de sa visite de deux semaines en République populaire de Chine qui devait commencer à la fin du mois.

Le Gouvernement de la République populaire de Chine, invoquant la nécessité de disposer de plus de temps afin de préparer cette visite qui implique « différentes autorités, départements et provinces », a proposé que cette visite ait lieu « plus tard cette année », souligne, dans un communiqué, le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'Homme.

« Le Rapporteur spécial sur la torture regrette d'annoncer que sa visite en République populaire de Chine (…) a maintenant été reportée à plus tard cette année à la demande du Gouvernement », indique-t-il.

« Le besoin de procéder à des préparatifs supplémentaires témoigne de l'importance que le Gouvernement attache à la visite », estime le Rapporteur spécial sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants à la Commission des droits de l'homme des Nations Unies.

Cette visite en Chine, que M. Van Boven affirme attendre « depuis longtemps », vise à vérifier « la situation dans le pays concernant la torture, y compris les facteurs institutionnels et législatifs qui contribuent à de telles pratiques » et à « faire des recommandations pertinentes ».

« Une évaluation juste et crédible suppose cependant la liberté d'enquêter » et d'« accéder aux lieux de détention et d'interrogatoires », souligne le Haut Commissariat. Elle doit en outre permettre des « interviews sans contrôle de détenus, de personnes privées et de représentants de la société civile, sans crainte de représailles » ainsi que l'« accès à toute la documentation utile ».

---