Sécurité : Kofi Annan lance un message à l'Organisation de la conférence islamique

Sécurité : Kofi Annan lance un message à l'Organisation de la conférence islamique

Kofi Annan
Face à une crise de la sécurité collective, il faut trouver « un système de règles qui réponde pleinement aux défis d'aujourd'hui - et que tous les pays respectent », a déclaré le Secrétaire général dans un discours prononcé par son Conseiller spécial Lakhdar Brahimi, lundi à Istanbul, devant la Conférence ministérielle de l'Organisation de la conférence islamique (OIC).

Face à une crise de la sécurité collective, il faut trouver « un système de règles qui réponde pleinement aux défis d'aujourd'hui – et que tous les pays respectent », a déclaré le Secrétaire général dans un discours prononcé par son Conseiller spécial Lakhdar Brahimi, lundi à Istanbul, devant la Conférence ministérielle de l'Organisation de la conférence islamique (OIC).

« Il convient de répondre à la « crise de la sécurité mondiale » par une « intensification des efforts pour atteindre les objectifs de développement du Millénaire (ODM) », a déclaré Kofi Annan.

Il a estimé que la réunion de l'OIC se tenait à un « moment difficile pour la communauté internationale ». « Nous affrontons une crise de préjugés et d'intolérance, en particulier entre Musulmans, Chrétiens et Juifs », a-t-il souligné, rappelant que « nous ne pouvons nous autoriser, animés par la crainte ou la colère, à traiter en ennemi les personnes dont la culture ou la foi diffère de la nôtre ».

Sur la question de l'Iraq, Kofi Annan a rappelé que ce pays n'était « en aucune manière » un Etat « en situation d'échec ». « Au contraire, le peuple iraquien dispose d'une grande richesse de talent, et le pays jouit d'une abondance de ressources naturelles », a-t-il précisé. « Le Gouvernement intérimaire est capable et bien équilibré et « le peuple iraquien jugera ses actions et résultats. » Le Secrétaire général a encouragé les membres de l'OIC à répondre favorablement à la demande d'assistance lancée par le Gouvernement intérimaire.

Au sujet du conflit israélo-palestinien, il a rappelé que l'ONU condamnait les pratiques israéliennes contraires au droit international, de même que la poursuite des attaques suicide menées par certains groupes palestiniens et a exhorté les deux parties à remplir leurs obligations aux termes de la Feuille de route. « Dans ce contexte assombri, la déclaration d'Israël manifestant son intention de se retirer de la bande de Gaza pourrait offrir une possibilité de mettre fin à la violence », a-t-il jugé, précisant que ce retrait devait « aussi clairement conduire à la fin de l'occupation ».

Kofi Annan a en outre appelé les membres de l'OCI « à persuader » leur « frères soudanais à neutraliser et à désarmer les violentes milices Djandjawids et à autoriser l'accès à aux fournitures et aux équipements humanitaires pour qu'ils parviennent sans délai à la population ». « Faites [...] tout ce qui est en votre pouvoir pour permettre de mettre fin à ces souffrances », leur a-t-il dit, rappelant que le conflit au Darfour avait conduit au déplacement de plus d'un million de Musulmans.

Par ailleurs, le Secrétaire général a attiré l'attention des ministres de l'OIC sur le défi que représente l'élimination de la polio, indiquant que 95% des cas de polio dans le monde étaient maintenant recensés dans des pays de l'OIC, alors qu'il manque encore 100 millions de dollars pour parvenir à éliminer cette maladie.

---