Le commerce international de bioénergies devient une réalité, selon un expert de la FAO

2 juin 2004

Bien que porteuse de grandes promesses, notamment pour les pays en développement, les experts réunis à Bonn dans le cadre de la Conférence internationale sur les énergies renouvelables soulignent le fait que la bioénergie, souvent négligée par les décideurs politiques, devrait être intégrée d'urgence dans les programmes agricoles et forestiers, indique l'agence de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture.

« Les pays ont besoin de passer à des systèmes énergétiques plus durables, basés sur des sources d'énergie, telles que la biomasse et les énergies solaires et éoliennes », a déclaré l'expert de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), Gustavo Best, à l'occasion de la Conférence de Bonn, qui a commencé hier et s'achèvera le 4 juin.

La bioénergie utilise le bois de chauffe et le charbon, des cultures énergétiques telles que la canne à sucre, le sorgho, le colza et les résidus agricoles et forestiers qui permettent de produire de la chaleur, de l'éthanol, du biocarburant et de la bioélectricité ou du biogaz, indique un communiqué de la FAO publié aujourd'hui.

« Le commerce international de bioénergies devient une réalité; le bois, les sciures, l'éthanol, le biocarburant et la bioélectricité sont transportés à travers les frontières. Il faut s'assurer que les agriculteurs ne passent pas à côté des bénéfices de ce commerce", a ajouté M. Best..

La FAO collabore avec l'Université agricole de Shenyang en Chine pour développer de nouvelles technologies ainsi que des variétés de sorgho doux permettant de produire de l'éthanol en remplacement de l'essence. Au Népal, l'Organisation a encouragé la production de biogaz à partir des déjections animales. Elle développe des activités du même genre au Brésil, avec un accent particulier sur l'intégration de l'énergie et la conservation des ressources de l'agriculture.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.