OMS: la Journée mondiale sans tabac veut démystifier le rôle du tabac sur l'économie

28 mai 2004

A l'occasion de la Journée mondiale sans tabac, le 31 mai, l'agence pour la santé de l'ONU met l'accent sur le cercle vicieux qui lie tabac et pauvreté, insistant sur le coût énorme du tabagisme et de la culture du tabac pour les familles, les communautés et les pays.

Alors que selon un communiqué de l'Organisation mondiale de la santé paru aujourd'hui, « l'épidémie de tabagisme continue de s'étendre, en particulier dans les pays en développement, où vivent actuellement 84% des fumeurs » et qu'elle « tue 4,9 millions de personnes chaque année », la campagne lancée cette année, à l'occasion de la Journée mondiale sans tabac, veut jouer « un rôle démystificateur quant à l'intérêt économique de la culture du tabac en offrant en même temps une solution aux pays dont l'économie dépend en grande partie de ce produit. »

Pour illustrer son propos, elle cite en exemple le Bangladesh « où 10,5 millions de personnes mal nourries s'alimenteraient correctement si elles dépensaient en nourriture les deux tiers de l'argent qu'elles consacrent au tabac. »

Dans toutes les régions du monde, les études montrent que ce sont les couches les plus pauvres de la population qui ont tendance à fumer le plus, aussi bien dans les pays en développement que dans les pays développés, et c'est sur elles que pèse l'essentiel de la charge de morbidité. Or, les dépenses consacrées au tabac se font souvent au détriment de besoins essentiels comme la nourriture, les soins de santé ou l'éducation.

"La lutte contre le tabac a énormément progressé grâce aux efforts de nombreux gouvernements et de la société civile » constate le docteur Lee Jong-wook, Directeur général de l'OMS, « mais il ne faut pas faiblir: toutes les 6,5 secondes, une personne meurt d'une affection liée au tabac et beaucoup d'autres tombent malades ou souffrent de maladies et d'incapacités qui sont le fait du tabac."

L'OMS prévoit que le nombre des victimes devrait doubler au cours des vingt prochaines années. « Au rythme actuel, le nombre total de fumeurs passera de 1,3 milliard aujourd'hui à 1,7 milliard en 2025 », précise le communiqué.

Du point de vue macro-économique, l'OMS estime que le tabac entraîne une perte nette de $20 milliards de dollars par an, dont un tiers dans les pays en développement. Pour sa part, la Banque mondiale estime que, dans les pays à haut revenu, le traitement des maladies liées au tabac représente 6% à 15% des dépenses totales de soins de santé.

Pièce maîtresse du cadre juridique de lutte contre le tabac, La Convention-cadre de l'OMS pour la lutte antitabac, adoptée à l'unanimité par tous les Etats Membres de l'OMS en mai 2003, énonce les dispositions et les normes minimales que les Etats Parties au traité devront respecter dans leurs programmes de lutte antitabac.

«A ce jour, 118 signatures (y compris celle de la Communauté européenne) et 16 ratifications ont déjà été enregistrées, ce qui illustre bien la confiance qu'éprouvent les gouvernements à l'égard de la convention et leur intention résolue de combattre un problème qui menace désormais la santé et l'économie partout dans le monde », indique l'Organisation mondiale de la santé.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.