Nouveau raid meurtrier de l'Armée de la résistance du Seigneur dans le Nord de l'Ouganda

18 mai 2004
Enfants soldats en Ouganda

Un nouveau raid du groupe rebelle de l'Armée de Résistance du Seigneur a fait 39 morts et 17 blessés dans le camp de personnes déplacées de Pagak au nord de l'Ouganda. La délégation de l'ONU qui s'est rendue sur place a dénombré 544 huttes brûlées et constaté qu'un tiers des 11 000 personnes déplacées qui vivaient dans le camp s'était enfui.

Des attaques similaires contre des civils, menées par les hommes de Joseph Kony, le chef de la LRA, l'acronyme anglais de cette bande meurtrière qui sévit dans la Nord de l'Ouganda, se sont produites le 21 février à Barlonyo et le 29 avril à Odek.

L'équipe pays des Nations Unies en Ouganda a vivement condamné ces atrocités, indique aujourd'hui un communiqué du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) qui souligne par ailleurs la grave détérioration de la situation dans la région depuis l'été 2002.

« Le nombre des personnes déplacées en raison des combats est passé de 800 000 à plus de 1,6 million et les femmes et les enfants sont les premières victimes de ce fléau. L'Armée de Résistance du Seigneur a enlevé plus de 10 000 enfants depuis juin 2002 », indique le communiqué.

Sur les 109 millions de dollars ayant l'objet d'un appel global interinstitutions de l'ONU, seulement 22 millions de dollars, soit 20% des fonds nécessaires, ont été apportés, indique également OCHA, qui prévient que le Programme alimentaire mondial (PAM) de l'ONU redoute d'être confronté à des problèmes majeurs de ravitaillement si de nouvelles contributions ne sont pas débloquées d'ici au mois de juin.

L'Armée de résistance du Seigneur ou LRA selon son acronyme anglais (Lord's Resistance Army), est un groupe armé dirigé par Joseph Kony, qui assoit son pouvoir sur de prétendus pouvoirs métaphysiques. Son groupe s'est essentiellement illustré par la terreur qu'il fait régner dans le Nord de l'Ouganda, en pratiquant notamment l'enlèvement systématique d'enfants dont il fait, comme l'expliquait, le 14 avril dernier, le Secrétaire général aux affaires humanitaires de l'ONU, Jan Egeland, de véritables "machines à tuer".

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.