Meurtres en Afghanistan : des forces de sécurité supplémentaires nécessaires, selon l'Envoyé de l'ONU

5 mai 2004
Jean Arnault

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Afghanistan, « attristé et choqué » par le meurtre de deux employés internationaux et de leur interprète afghan, en mission dans la province de Nuristan, limitrophe du Pakistan, condamne ces actes qui mettent une fois de plus en évidence la nécessité d'accroître le dispositif de sécurité, indique aujourd'hui son porte-parole.

Les victimes qui travaillaient pour Global Risk Stratégies, une société embauchée pour effectuer une évaluation de la sécurité et de la logistique nécessaire au processus électoral en Afghanistan, se rendaient dans le district de Nuristan dans le cadre de cette mission, précise le porte-parole du Représentant spécial pour le Secrétaire général, Jean Arnault, dans une déclaration publiée aujourd'hui.

« Les circonstances de l'attaque ne sont pas encore connues mais l'ONU a obtenu l'assurance que les autorités avaient lancé une enquête exhaustive ayant pour objectif d'identifier les auteurs et de les traduire en justice », a ajouté le porte-parole de l'ONU dans le pays.

Les Afghans soutiennent avec enthousiasme le processus electoral, et depuis décembre dernier ils ont été très nombreux à s'inscrire sur les listes électorales partout où des bureaux d'inscription étaient ouverts, précise-t-il. Ils insistent auprès des autorités pour qu'elles étendent le réseau de ces sites et il se trouve qu'une délégation d'influents Nuristanis se sont rendus à Kaboul récemment pour faire part aux autorités électorales de leur souhait d'initier le processus d'inscription aussi rapidement que possible, poursuit le porte-parole dans sa déclaration.

Le 29 avril dernier, le Représentant spécial de l'ONU pour l'Afghanistan avait déjà réagi au massacre de deux employés de l'organisation humanitaire non gouvernementale 'Coordination for Humanitarian assistance' (Coordination pour l'assistance humanitaire) et déjà insisté sur le besoin de troupes supplémentaires dans les provinces.

Auparavant le 26 février, c'étaient cinq Afghans employés par une organisation non gouvernementale (ONG) qui avaient été abattus au nord de Kaboul. Le 16 février quatre démineurs employés par une organisation partenaire de l'ONU avaient été assassinés alors qu'ils se dirigeaient vers la ville d'Hérat.

Le 16 novembre 2003, était abattue à Ghazni une collaboratrice française du Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR), Bettina Goislard, dont les assassins ont été condamnés à mort en février dernier par la justice afghane.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.