Trois experts de l'ONU attirent l'attention sur le sort d'un éminent lama tibétain condamné à mort

16 avril 2004

Trois experts de la Commission des droits de l'homme de l'ONU attirent l'attention sur le sort d'un moine tibétain condamné à mort en 2002 au cours d'un procès dont la procédure ne serait pas conforme aux normes internationales et dont la sentence a été suspendue jusqu'en décembre 2004.

Dans une déclaration commune, le Rapporteur spécial sur le droit à la liberté d'opinion et d'expression, M. Ambeyi Ligabo, le Rapporteur spécial sur l'indépendance des juges et des avocats, M. Leandro Despouy, et la Représentante spéciale du Secrétaire général pour les défenseurs des droits de l'homme, Mme Hina Jilani, attirent l'attention sur le sort de Tenzin Deleg Rinpoche, un éminent lama tibétain.

Tenzin Deleg Rinpoche menait une action sociale en faveur de la communauté de la préfecture tibétaine autonome du Kardze de la Province du Sechuan, et qui œuvrait à la promotion du rétablissement du bouddhisme tibétain dans la région, indique un communiqué publié par l'ONU à Genève.

Tenzin Deleg Rinpoche a été condamné à mort le 2 décembre 2002 à la suite d'un procès au cours duquel les normes et pratiques internationales n'auraient pas été respectées. Il était accusé d'être « à l'origine d'explosions » et « d'inciter à la séparation de l'État », accusations qu'il réfute. L'exécution de la peine a été suspendue jusqu'au 2 décembre 2004 et il est toujours en détention. Son co-accusé, Lobsang Dondrup, a été exécuté le 26 janvier 2003.

Tenzin Deleg Rinpoche pourrait être exécuté à tout moment après l'expiration de la suspension de l'exécution de sa peine de mort, le 3 décembre 2004, indiquent les experts.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.