La sécurité routière pour la première fois à l'Assemblée générale

14 avril 2004
La lutte pour la sécurité routière

L'Assemblée générale de l'ONU consacrait aujourd'hui la première réunion de son histoire à la sécurité routière, réunion pendant laquelle elle a décidé de renforcer la coopération internationale, compte tenu du coût humain et économique lié à cette question, et à faire de l'agence de l'ONU pour la santé, l'organisme coordinateur en la matière.

« Cette réunion attire de façon très opportune l'attention sur une crise mondiale qui se déroule sous nos yeux tout en restant étrangement en dehors du champ des politiques publiques, à quelques remarquables exceptions près », a déclaré ce matin la Vice-Secrétaire générale de l'ONU, Louise Fréchette, au cours de la première réunion que l'Assemblée générale aie jamais consacré à la sécurité routière.

Mme Fréchette a rappelé que 2 million d'hommes, femmes et enfants étaient tués chaque année au cours d'accidents de la route et que « comme beaucoup d'autres problèmes de santé publique, les pauvres en subissaient les conséquences de façon disproportionnées », plus de 80% de ces accidents mortels se produisant dans les pays à bas ou moyen revenu.

« Les coûts économiques sont aussi énormes », a ajouté la Vice-Secrétaire générale, citant des coûts équivalant à un 1 ou 2 % du Produit national brut dans la plupart des pays, soit un total de 500 milliards de dollars par an .

« Les gens ont une attitude fataliste à l'égard des collisions routières, souvent encouragée par l'utilisation du mot 'accident' au lieu de 'collision' », a-t-elle souligné, ajoutant que beaucoup de ces « collisions » pouvaient être prévenues.

Cette réunion de l'Assemblée générale intervient exactement, comme le fait remarquer l'Organisation mondiale de la santé (OMS), dans un communiqué publié aujourd'hui, une semaine après la Journée mondiale de la Santé au cours de laquelle la Banque mondiale et l'Organisation mondiale de la Santé ont lancé officiellement le Rapport mondial sur la prévention des traumatismes dus aux accidents de la circulation.

Dans une résolution adoptée aujourd'hui à l'unanimité, l'Assemblée prend acte des recommandations figurant dans ce rapport mondial et fait de l'OMS, qui devra agir « en étroite collaboration avec les commissions régionales des Nations Unies » l'organisme coordinateur des questions de sécurité routière au sein de l'Organisation.

Dans la même résolution, l'Assemblée prie également le Secrétaire général de mettre à profit les compétences particulières des commissions régionales des Nations Unies, ainsi que de l'Organisation mondiale de la santé et de la Banque mondiale.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.