Un cessez-le-feu humanitaire peut-être en bonne voie au Soudan

8 avril 2004

Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, qui dénonçait la semaine dernière la politique de la terre brûlée et une action concertée de nettoyage éthnique, s'est dit « encouragé par les signaux positifs indiquant qu'un cessez-le-feu humanitaire pourrait bientôt être signé entre les parties au conflit dans la région du Darfour, au Soudan ».

Les pourparlers de cessez-le-feu, auxquels participaient le Gouvernement du Soudan, le Mouvement « Justice et Egalité » ainsi que l'Armée de libération du Soudan, ont commencé en début de semaine à N'djamena au Tchad sous la direction du Président tchadien, Idriss Deby.

Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, Jan Egeland avait averti, la semaine dernière, le Conseil de sécurité que des violations massives des droits de l'homme et des déplacements forcés de population à grande échelle ciblant la population noire africaine de la région, en particulier les communautés ethniques Zaghawas et Massalit se déroulaient dans la région du Darfour.

Une mission d'établissement des faits des Nations Unies sur la situation des droits de l'homme dans la région du Darfour a commencé son travail le 6 avril dernier en interrogeant des Soudanais réfugiés au Tchad avant de se rendre dans la région du Darfour pour évaluer la situation.

L'ONU est par ailleurs en train de finaliser un appel de fonds destiné aux activités humanitaires dans la région du Darfour.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.