Le projet d'Acte fondateur de la République Unie de Chypre remis aux parties par Kofi Annan

29 mars 2004

Le Secrétaire général de l'ONU s'est joint aux participants de la réunion sur la réunification de Chypre pour y présenter les 9 000 pages du projet d'Acte fondateur de la République unie de Chypre, un travail d'Hercule réalisé en commun, sans précédent dans l'histoire des Nations Unies et qu'il croit être une chance de paix à portée de main des Chypriotes.

Des décennies de politiques de retranchement ont commencé à céder du terrain, a déclaré Kofi Annan, s'adressant aux participants de la réunion de Burgenstöck. « La glace est rompue de même que les chutes de neige ont cessé, que s'est levé le brouillard et qu'ait apparu le soleil à Bürgenstock. »

Vous avez devant vous un projet copieux, le règlement inclusif de la question de Chypre qui vous est proposé. Il s'agit, a souligné le Secrétaire général, d'une tentative mûrement pesée visant à inclure dans mon plan du 26 février 2003, et autant que faire se peut, les améliorations recherchées par les parties.

Affirmant qu'il n'y avait rien de préparé à l'avance dans le texte qui était soumis mais qu'au contraire il avait été retravaillé jusqu'à la dernière minute, sans cesse affiné et adapté en fonction des consultations menées avec tous ceux qui sont concernés, il a demandé à chacun de l'étudier soigneusement.

Demandant également aux participants de se forger une opinion d'ici à demain matin, Kofi Annan a passé en revue ce que contenait le projet, notamment l'acte d'accession de la République unie de Chypre à l'Union européenne.

Il a tout particulièrement désigné une partie de l'Acte fondateur « qui est, je crois sans précédent, dans l'histoire du rétablissement de la paix de l'ONU », l'ensemble des 131 lois fédérales de la République unie de Chypre, soit 9 000 pages de documents, assorties des 1 134 traités auxquels la nouvelle république sera partie.

« Ces documents constituent la réfutation la plus éloquente des allégations selon lesquelles des puissances étrangères ont essayé d'imposer un règlement aux Chypriotes. Ils sont le fruit des efforts herculéens des Chypriotes grecs et des Chypriotes turcs que je salue pour avoir travaillé intensément et à l'unisson pour la réunification de leur pays », a déclaré le Secrétaire général de l'ONU.

Il a souligné les efforts faits pour satisfaire les préoccupations de chacun. Pour satisfaire M. Papadopoulos, le dirigeant chypriote grec, le plan a été rendu plus fonctionnel notamment en ce qui concerne les travaux du Gouvernement fédéral, a indiqué Kofi Annan.

En ce qui concerne M. Talat et M. Denktash, les dirigeants chypriotes turcs, pour qui le thème suprême était le maintien des deux zones, et en disant cela, ils ne parlaient pas seulement de géographie mais désignaient la préservation de la sécurité et de l'identité de la composante chypriote turque et de la dignité de son peuple. Vous verrez que le texte a été significativement amélioré à cet égard, notamment si vous étudiez les dispositions concernant la propriété, la résidence et le vote pour le Sénat fédéral, a également fait valoir le Secrétaire général.

La question de fond que vous devez vous poser est la suivante : est-ce que cet ensemble de textes répond à mes préoccupations fondamentales ? Est-ce qu'il peut rassurer mon peuple et lui donner le courage de saisir cette chance de paix ? Pour ma part je le crois, a déclaré Kofi Annan qui a indiqué qu'il se tenait à la disposition de chacun pour des clarifications à apporter et, à partir de demain après-midi, pour effectuer les derniers ajustements de telle sorte que le texte soit finalisé d'ici à mercredi prochain

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.