Kosovo : l'ONU condamne l'assassinat de deux policiers

24 mars 2004

Le Secrétaire général de l'ONU et son Représentant dans la province dans la province ont fait appel à tous ceux pouvant fournir des informations sur la mort de deux policiers abattus la nuit dernière alors que deux hauts représentants de l'Union européenne rendent aujourd'hui visite à la région sinistrée par les violences de la semaine écoulée.

Le Secrétaire général de l'ONU et son Représentant spécial dans la province ont fait appel à tous ceux pouvant fournir des informations sur la mort de deux policiers abattus la nuit dernière alors que deux hauts représentants de l'Union européenne rendent aujourd'hui visite à la région sinistrée par les violences de la semaine écoulée.

Le Secrétaire général s'est dit choqué et horrifié par le meurtre la nuit dernière de deux officiers de police de la MINUK (Mission d'administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo), l'un Ghanéen et l'autre Kosovar et a affirmé que la violence et l'instabilité au Kosovo ne pouvaient être tolérées.

Ils ont étés abattus alors qu'ils effectuaient un travail de police de routine près de Podujevo, dans la région de Pristina, précise une déclaration transmise aujourd'hui par son porte-parole.

L'officier de police international a été tué instantanément, celui du Kosovo est décédé plus tard des suites de ses blessures. Un interprète de la MINUK a également été gravement touché, mais son état est stationnaire.

« La prise pour cible du personnel de la MINUK et de la KFOR doit cesser immédiatement », déclare le Secrétaire général qui appelle tous les habitants du Kosovo à coopérer avec la MINUK et la KFOR.

« Les polices, locale et internationale, ont lancé une enquête intensive sur ce grave crime et mettent en oeuvre toutes leurs ressources pour traduire leurs auteurs en justice », a déclaré pour sa part le Représentant spécial pour le Kosovo et chef de la MINUK, Harri Holkeri, qui affirme, dans un communiqué diffusé par la Mission, que « nous ne laisserons pas cette attaque perturber le fonctionnement des autorités locales et internationales légitimes. »

La MINUK demande à quiconque ayant des informations sur cet incident de contacter la police, poursuit M. Holkeri qui précise que toute information sera traitée de façon strictement confidentielle.

Le Représentant spécial adresse ses condoléances personnelles aux familles des policiers « en reconnaissance des services honorables rendus au Kosovo », indique le communiqué.

C'est dans ce contexte que s'inscrit la visite de Javier Solana, le Haut Représentant de l'Union européenne pour la politique étrangère et la sécurité communes et du Commissaire européen chargé des relations extérieures, Chris Patten.

Cette visite a pour but, selon un communiqué publié hier, d'évaluer l'impact des récentes violences interethniques. Ils doivent également rencontrer des personnalités politiques appartenant aux différents bords, y compris des représentants de la communauté serbe, le Président, le Premier ministre et le Président de l'Assemblée.

Ils s'entretiendront également avec M. Holkeri et le commandant de la KFOR, la Force internationale de l'OTAN au Kosovo, le général Holger Kammerhoff.

Cette visite est l'occasion pour l'Union européenne de fortement condamner la violence ethnique de la semaine dernière et d'envoyer un message de sympathie à la communauté serbe du Kosovo.

La flambée de violence qui s'est emparée de la province après la noyade de trois enfants et une série d'assassinats, le 17 mars, et s'est poursuivie le 18 mars, a entraîné la mort d'environ 28 personnes, la destruction par le feu et les explosions de 30 sites religieux, l'endommagement de onze sites religieux supplémentaires.

Par ailleurs, 286 maisons, une école et un hôpital ont été ou brûlés ou endommagés et 3 200 membres de minorités, en majorité des Serbes, ont fui ou ont dû être évacués.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.