Indignation du chef des secours d'urgence de l'ONU après le meurtre d'un employé humanitaire au Somaliland.

23 mars 2004

Le Coordonnateur de l'ONU pour les secours d'urgence a exprimé son indignation après qu'un employé d'une organisation humanitaire allemande ait été tué et deux de ses collègues aient été blessés lors d'une embuscade qui leur a été tendue vendredi dernier dans le Somaliland.

« De telles attaques sont intolérables » a déclaré Jan Egeland, Secrétaire général adjoint pour les affaires humanitaires de l'ONU et Coordonnateur des secours d'urgence qui a souligné qu'il s'agissait aussi d'une façon tragique de se remémorer les risques auxquels sont confrontés les travailleurs humanitaires au quotidien. »

L'Organe de coordination de l'aide à la Somalie (OCAS), qui réunit les donateurs, les agences de l'ONU et les organisations non gouvernementales, s'est dit à la fois choqué et attristé par cette nouvelle attaque dans laquelle il voit une preuve supplémentaire de la détérioration de la sécurité, tout spécialement en ce qui concerne le personnel humanitaire international en Somalie.

Dans son rapport du 12 février dernier, le Secrétaire général notait qu'au Somaliland, une région qui avait connu jusqu'alors une paix relative, s'étaient produits au cours des quatre mois précédents une série d'assassinats dont celui d'une femme médecin italienne tuée, le 5 octobre, d'un coup de feu tiré à bout portant, dans les locaux d'un centre de traitement de la tuberculose qu'elle avait fondé à Boorama et, le 20 octobre, celui d'un couple d'enseignants britanniques, employé par une organisation non gouvernementale, assassiné à son domicile

Il signalait également un risque élevé d'enlèvements et d'attaques directes pour le personnel de l'ONU et les autres agents humanitaires.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.