La FAO redoute une invasion généralisée du criquet pèlerin en Afrique

23 mars 2004

Malgré les opérations de lutte, la situation relative au criquet pèlerin est toujours extrêmement préoccupante en Afrique du Nord-Ouest, selon le dernier bilan de l'agence de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture.

"Il existe des signes indiquant que la situation évolue vers les premiers stades d'une recrudescence. L'assistance de la communauté internationale est indispensable dans les meilleurs délais pour éviter qu'une invasion ne se développe", alerte le Groupe Acridiens de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) dans un communiqué diffusé aujourd'hui.

Au cours des prochaines semaines, on s'attend à l'arrivée au Maroc et en Algérie de nouveaux essaims en provenance du nord de la Mauritanie et du Sahara occidental. En Mauritanie, éclosions et formation de bandes larvaires se poursuivent sur de vastes territoires du nord du pays, aux confins du Maroc et du Sahara occidental. Les ailés forment des essaims dans certaines zones du nord et du nord-ouest, là où la végétation est en cours de dessèchement, et certains d'entre eux ont été observés en déplacement vers le nord.

Au Niger, les densités d'ailés sont en augmentation dans le sud des montagnes de l'Aïr où pontes et éclosions sont en cours. De nombreux petits essaims en déplacement vers le nord ont été observés début mars. Ils pourraient arriver dans le sud et le centre de l'Algérie.

Des opérations de lutte sont en cours dans les pays concernés mais les ressources nationales s'épuisent rapidement. Le mois dernier, la FAO a lancé aux bailleurs de fonds un appel d'urgence pour un montant de 6 millions de dollars afin de poursuivre et de renforcer les opérations de lutte en Mauritanie et 3 millions de dollars supplémentaires ont été demandés pour le Mali, le Niger et le Tchad pour éviter une invasion généralisée.

La maîtrise de la dernière invasion généralisée, qui a duré de 1987 à 1989, a coûté plus de 300 millions de dollars.

A travers le continent, les populations de criquets pèlerins se sont déplacées des plaines côtières de la mer Rouge vers l'intérieur du nord Soudan et du sud de l'Egypte au cours de la première semaine de mars, selon le dernier rapport de la FAO. En Arabie saoudite, les effectifs acridiens auraient diminué le long des plaines côtières de la mer Rouge suite au déplacement des essaims vers le nord-est de l'Afrique, à travers la mer Rouge.

Au Soudan, quelques petits essaims matures, signalés en accouplement, ont fait leur apparition près de Dongola. En Egypte, des essaims de plus grande taille ont été observés près du lac Nasser et des ailés ont été signalés pour la première fois dans les oasis de la vallée Nouvelle; sur la côte de la mer Rouge, les opérations de lutte se poursuivent des deux côtés de la frontière soudano-égyptienne.

"Si les opérations ne sont pas efficaces au cours de l'été 2004, non seulement les conséquences seraient dramatiques pour la sécurité alimentaire de la région mais la situation acridienne actuelle évoluerait également en une invasion généralisée vers la fin de l'année", avertit la FAO.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.