Kofi Annan condamne le meurtre du chef du Hamas et espère créer une commission d'enquête indépendante sur le Programme Iraq

22 mars 2004

Répondant à des journalistes ce matin, le Secrétaire général de l'ONU a indiqué que l'assassinat du chef du Hamas était non seulement contraire au droit international mais n'allait pas faciliter la recherche d'une solution pacifique. Il a indiqué par ailleurs qu'il espérait pouvoir mettre en place une Commission d'enquête sur les allégations portées à l'encontre du Programme « pétrole contre nourriture. »

Kofi Annan, qui a par ailleurs rendu public un message condamnant officiellement l'assassinat du Cheik Yassin, a réitéré cette condamnation auprès des journalistes qui l'attendaient à son arrivée au Siège de l'ONU, indiquant que «de tels actes n'aidaient en rien à la recherche d'une solution pacifique. »

Le Secrétaire général a lancé un appel au calme à l'intention de la région, lui demandant d'éviter une escalade des tensions.

Répondant à une question à ce sujet, il a indiqué que, selon les informations que lui a transmises son Envoyé pour le Moyen-Orient, Terje Roede-Larsen, le Quatuor, composé des Etats-Unis, du Royaume-Uni, de l'ONU et de l'Union européenne, qui est actuellement, réuni au Caire dans l'intention de relancer le processus de pays dénommé Feuille de route, sont en train d'évaluer les conséquences des récents événements.

En ce qui concerne le Programme « pétrole contre nourriture, Kofi Annan a indiqué qu'il espérait pouvoir mettre en place une commission d'enquête indépendante chargée de tirer au clair « qui est responsable et qui doit être blâmé. »

« Beaucoup de choses ont été mises sur le dos du Secrétariat, ce qui n'est pas juste. Je ne suis pas en train de dire que le Secrétariat n'a pas pu commettre d'erreurs mais un grand nombre de questions sont en jeu et le groupe que nous mettons en place devrait être en mesure d'apporter des clarifications. »

Vendredi dernier, le Secrétaire général avait indiqué avoir d'ores et déjà «discuté avec le Conseil de sécurité de l'envergure de cette enquête et du champ que cette enquête doit couvrir » évoquant déjà la perspective d'« une enquête indépendante, aussi large que possible » de façon à « aller jusqu'au fond des choses. »

En début d'après-midi, le porte-parole de l'ONU à New-York, Fred Eckhard, indiquait, en réponse aux nombreuses questions qui lui ont été posées à ce sujet, que Kofi Annan avait l'intention, probablement au cours de cette semaine, soit de rencontrer les membres du Conseil pour leur présenter les noms des membres de cette commission soit de les leur transmettre par courrier.

« Il a le sentiment, a ajouté M. Eckhard, que cette enquête ne peut aboutir si elle n'a pas, non seulement la collaboration du Conseil de sécurité mais également de l'ensemble des Etats-membres de l'ONU. »

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.