L'Envoyé de l'ONU s'adresse aux Ivoiriens pour leur annoncer les démarches en cours « en ces jours d'angoisse »

22 mars 2004

Le Représentant spécial de l'ONU en Côte d'Ivoire annonce qu'un « Mémorandum des Forces Politiques signataires des Accords de Linas-Marcoussis et d'Accra II » a été remis au Président de la République.

« Je m'adresse à vous en ces jours d'angoisse perceptible pour vous apporter espoir et réconfort », a déclare le Représentant spécial pour la Côte d'Ivoire, Albert Tevoedjre ajoutant toutefois que « nous savons aussi que les forces politiques ne veulent pas la destruction du pays. »

Dans un contexte marqué, indique-t-il, « depuis trois semaines par un débat politique « devenu plus intense, ardu, tendu même », il a annoncé qu'un document s'intitulant « Mémorandum des Forces Politiques signataires des Accords de Linas-Marcoussis et d'Accra II » a été déposé aujourd'hui même entre les mains du Président de la République. »

« Le Président Konan Bédié m'a informé personnellement qu'il a pris contact avec le Chef de l'Etat et que la discussion sur les points de blocage contenus dans ce Mémorandum s'ouvrira dès aujourd'hui à 18 heures », a poursuivi M Tevoedjre.

« Je me réjouis d'une telle volonté commune de dialogue. Et au nom du Secrétaire général des Nations Unies, je fais appel à toutes les parties et je prie tous les Ivoiriens de peser massivement de tout leur poids pour qu'une solution adéquate soit trouvée à chaque question posée » ajoute-t-il dans son message.

Il souligne toutefois que si « la communauté internationale soutient la paix en Côte d'Ivoire, elle ne peut tolérer le désordre politique, l'indiscipline administrative ou militaire, les démonstrations publiques directement porteuses de risques de destruction, de casse et de terreur incontrôlable. »

« Le compromis politique adopté à Marcoussis est devenu un accord national et international qui nous engage tous », affirme-t-il. « Respectons-le loyalement. Adoptons sans délai les lois qui sanctionnent cet Accord. Préparons des élections qui doivent se tenir dans les délais constitutionnels, des élections ouvertes libres et transparentes. Sortons de cette crise qui n'a que trop duré. »

Albert Tevoedjre rappelle que vendredi dernier, le Président Laurent Gbagbo a assuré M Kofi Annan, lors d'un entretien que tout rentrerait dans l'ordre au plus tôt cette semaine.

« Nous voulons lui faire confiance. Et nous voulons exprimer aussi notre confiance à l'égard du peuple ivoirien que je tiens à saluer avec respect et affection », déclare M. Tevoedjre.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.