Programme « Pétrole contre nourriture » : Kofi Annan favorable à une enquête large et exhaustive

Programme « Pétrole contre nourriture » : Kofi Annan favorable à une enquête large et exhaustive

media:entermedia_image:bf116b5c-47f1-4290-a197-c2d56d3efd5e
« Nous enquêtons et nous allons enquêter », a répondu Kofi Annan, en réponse à une question d'un journaliste qui l'interrogeait sur les récentes allégations d'un rapport chiffrant à 10 milliards de dollars le coût du pétrole détourné dans le cadre du Programme « Pétrole contre nourriture » de l'ONU.

« Nous enquêtons et nous allons enquêter », a répondu Kofi Annan, en réponse à une question d'un journaliste qui l'interrogeait sur les récentes allégations d'un rapport chiffrant à 10 milliards de dollars le coût du pétrole détourné dans le cadre du Programme « Pétrole contre nourriture » de l'ONU.

« J'ai déjà discuté avec le Conseil de sécurité de l'envergure de cette enquête et du champ que cette enquête doit couvrir. Selon moi, il faut qu'elle soit indépendante, aussi large que possible de façon à ce qu'elle puisse examiner toutes les allégations qui ont été énoncées et aller jusqu'au fond des choses » a poursuivi (en anglais) le Secrétaire général.

« Nous ne devons pas laisser porter atteinte à notre réputation, a-t-il ajouté. Il est tout à fait possible qu'il y ait eu des irrégularités mais il nous faut mener une enquête et établir les responsabilités. Compte tenu de la nature de l'opération qui a impliqué tellement de compagnies et tellement de pays ? quiconque mènera l'enquête aura besoin de la coopération de tous. »

Kofi Annan a également indiqué qu'au moins en ce qui concernait le personnel de l'ONU « nous allons pouvoir progresser à vive allure et ensuite, espérons-le, cela pourra être étendu à d'autres secteurs. »

Si les allégations de corruption concernant le personnel de l'ONU sont exactes, comment le peuple iraquien pourra-t-il compter sur l'Organisation pour défendre ses intérêts, lui a-t-on alors demandé.

« Nous nous occuperons de cela, le moment venu et si c'est le cas », a répondu le Secrétaire général. « Voyons d'abord ce que donne l'enquête et celle que les Iraquiens eux-même sont en train de mener. »