Le jury est toujours en place, déclare le chef de l'AIEA sur l'Iran, après sa rencontre avec le Président Bush

Le jury est toujours en place, déclare le chef de l'AIEA sur l'Iran, après sa rencontre avec le Président Bush

media:entermedia_image:cbe318ea-3c63-4045-b05b-23f7a03e48ac
« Le jury est toujours en place » a déclaré le directeur général de l'agence de l'ONU pour l'énergie atomique à propos de l'Iran après avoir rencontré hier le Président Bush et différents hauts responsables américains.

Mohammed El Baradei, qui, à la tête de l'Agence internationale pour l'énergie atomique (AIEA), est responsable des vérifications menées dans le cadre du TNP (Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires) et de ses Protocoles additionnels, a déclaré, après que la Libye ait révélé être en possession de matières et matériels interdits, que le régime actuel de contrôle ne suffisait plus.

« Le monde est en danger d'autodestruction”, affirmait-il le 12 février.

Hier, selon un communiqué de l'AIEA, après avoir rencontré le Président des Etats-Unis, un comité du Congrès et plusieurs responsables de l'administration américaine, il a déclaré à la presse qu'il était nécessaire de renforcer les contrôles à l'exportation et de sécuriser les matières utilisables dans la fabrication d'armes nucléaires qui sont éparpillées tout autour du globe.

Les discussions ont aussi porté sur la nécessité de limiter le nombre de pays pouvant enrichir l'uranium et retraiter le plutonium utilisé pour la production de combustible nucléaire et de bombes, indique le communiqué de l'agence publié aujourd'hui.

En ce qui concerne le programme nucléaire de l'Iran, M. El Baradei a souligné que la transparence et la coopération était nécessaire pour régler une question qui était toujours en suspens. « Le jury est toujours en place », a-t-il répondu à des journalistes.

« Nous aimerions continuer à mener des inspections approfondies en Iran avant de parvenir à une conclusion. Nous attendons [de ce pays] une totale coopération et une transparence complète [s'il] veut prouver que son programme n'a qu'une finalité pacifique. »