Kofi Annan, indique qu'une nouvelle résolution du Conseil de sécurité sur l'Iraq n'est pas exclue

16 mars 2004
Kofi Annan

Dans un contexte international modifié par la nouvelle donne espagnole et ses implications possibles en Iraq, le Secrétaire général de l'ONU a déclaré ce matin qu'une nouvelle résolution du Conseil sur l'Iraq n'était pas exclue.

Interrogé par la presse sur la situation nouvelle créée par le changement de gouvernement en Espagne qui parle de retirer ses troupes en Iraq à moins qu'il n'y ait une nouvelle résolution du Conseil de sécurité sur le transfert de souveraineté au peuple iraquien, le Secrétaire général a répondu qu'une telle résolution n'était pas exclue et que des discussions avaient lieu avec les membres du Conseil sur un texte « qui non seulement réaffirmerait le mandat de l'équipe de ONU, si les circonstances nous permettaient de revenir » dans le pays « mais qui traiterait également de la question de la sécurité et du possible envoi d'une force multinationale. »

A une autre question lui demandant si le Conseil de sécurité n'avait pas agi de façon précipitée en adoptant une résolution la semaine dernière qui désigne spécifiquement l'ETA comme l'auteur des attentats de Madrid alors que l'enquête n'était pas terminée, Kofi Annan a répondu que les membres du Conseil eux-mêmes n'étaient pas tout à fait à l'aise à cet égard et que le Gouvernement de l'Espagne leur avait adressé une lettre indiquant qu'il avait agi de bonne foi et qu'à ce moment-là, il pensait que l'ETA était réellement responsable des attentats.

« Je pense qu'il y a là une leçon à tirer pour tout le monde, y compris les membres du Conseil », a fait observer Kofi Annan.

Ce que les événements en Espagne mettent en évidence, a ajouté le Secrétaire général, « c'est la nécessité de la coopération internationale, de travailler par delà les frontières pour vaincre ou contrôler le terrorisme. »

Il a par ailleurs exprimé son désappointement à l'annonce de l'annulation de la rencontre entre les Premiers Ministres israélien et palestien, une rencontre « que nous étions nombreux à attendre depuis longtemps et qui aurait remis le processus de paix sur les rails »

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.