Une nouvelle session de la Commission des droits de l'homme commence à Genève lundi prochain

12 mars 2004

Au cours du débat de haut niveau qui aura lieu la première semaine de cette soixantième session de la Commission, participeront « plusieurs dignitaires de rang ministériel » dont le Premier Ministre de la France, Jean Pierre Rafarin, qui s'adressera aux membres de la Commission, lundi après-midi, ainsi que de responsables d'organisations internationales.

Au cours du débat de haut niveau qui aura lieu au cours de la première semaine de cette soixantième session de la Commission, participeront « plusieurs dignitaires de rang ministériel » dont le Premier Ministre de la France, Jean Pierre Rafarin, qui s'adressera aux membres de la Commission, lundi après-midi, ainsi que des responsables d'organisations internationales.

En début de session également, le Haut Commissaire aux droits de l'homme par intérim, Bertrand Ramcharan, présentera le rapport annuel du Haut Commissaire.

La Commission débattra de la situation des droits de l'homme et des libertés fondamentales s'appuyant pour ce faire sur les rapports présentés, à sa demande, concernant la situation des droits de l'homme dans diverses parties du monde, en particulier dans les territoires arabes occupés y compris la Palestine, au Myanmar, à Cuba, au Burundi, en Iraq, et en République démocratique du Congo. Elle continuera de se pencher sur la situation en Sierra Leone et au Timor Leste, ainsi qu'à Chypre.

La Commission traitera aussi de questions thématiques telles la lutte contre la diffamation des religions, l'utilisation de mercenaires, les déversements de déchets toxiques, le droit à l'éducation, l'extrême pauvreté, les effets des politiques d'ajustement structurel et de la dette sur les droits de l'homme, la mondialisation et ses effets sur les droits de l'homme, l'accès aux médicaments dans le contexte de pandémies telles que le sida, les droits de l'homme et le terrorisme, la torture et la détention arbitraire, les questions concernant les disparitions forcées ou involontaires, les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, et le droit à la liberté d'opinion et d'expression.

La Commission est le principal organe du système des Nations Unies dans le domaine des droits de l'homme. Créée en 1946 par le Conseil économique et social des Nations Unies et composée de 53 États membres, elle mène des études, prépare des recommandations et élabore des projets d'instruments internationaux concernant les droits de l'homme. Elle peut également enquêter sur des allégations concernant des violations des droits de l'homme.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.