L'OIT inclut la République de Moldova dans son programme de lutte contre la traite des enfants

L'OIT inclut la République de Moldova dans son programme de lutte contre la traite des enfants

media:entermedia_image:b39a3bbf-91fc-4add-bf3d-33134e439d59
Les informations disponibles faisant de la République de Moldova un des principaux pays pourvoyeurs de la traite des enfants, l'agence de l'ONU pour le travail a annoncé qu'elle avait intégré ce pays dans un projet sous-régional visant à lutter contre la traite des enfants à des fins d'exploitation économique et sexuelle qui incluait déjà les Balkans et l'Ukraine.

On estime à 1,2 million le nombre d'enfants victimes de la traite dans le monde. La République de Moldova, la Roumanie et l'Ukraine sont considérées comme les principaux pays d'émigration et l'Albanie comme le principal pays d'origine et de transit des femmes et des enfants en provenance des Balkans et à destination de l'Europe

Occidentale, indique un communiqué de l'OIT diffusé aujourd'hui.

Le nombre exact des enfants victimes des trafiquants en République de Moldova et dans les pays voisins n'est pas connu, et les autorités locales ne possèdent pas de données à ce sujet, mais le Centre d'accueil temporaire des mineurs de Moscou estime que plus de la moitié des enfants qui mendient dans les rues de Moscou proviennent de la République de Moldova, indique également l'OIT.

Le premier rapport annuel du Bureau central de lutte contre la traite des êtres humains, opère dans le cadre de l'Equipe spéciale du Pacte de stabilité sur la traite des êtres humains en Europe du Sud-Est, révèle que la majorité des victimes recrutées en République de Moldova et conduites principalement vers les pays des Balkans à des fins d'exploitation sexuelle sont âgées de 18 à 24 ans.

Selon d'autres sources, des enfants encore plus jeunes sont conduits en Russie et en Ukraine à des fins d'exploitation économique. Le fait que des visas ne soient plus exigés pour la circulation des personnes entre les Etats membres de la Communauté des Etats indépendants (CEI) favorise le transport illégal d'enfants dans cette région.

Le projet de l'OIT, d'une durée de trois ans et exécuté par son Programme international pour l'abolition du travail des enfants (IPEC), vise principalement à renforcer la capacité des gouvernements, des organisations d'employeurs et de travailleurs, des ONG et des autres groupes de la société civile qui luttent contre la traite des enfants à prévenir et à éliminer de façon efficace le travail des enfants en s'attaquant notamment à ses pires formes.

Conformément aux dispositions du protocole d'accord pour la coopération dans le domaine de l'élimination du travail des enfants, qu'elle a récemment signé, et après s'être engagé à gérer de manière autonome et durable les interventions de l'IPEC, le gouvernement de la République de Moldova va créer un comité directeur national chargé de suivre la manière dont les organismes publics responsables s'efforcent d'atteindre les objectifs et les cibles fixés par les programmes de l'OIT.

La participation de divers partenaires publics et privés aux travaux du comité contribuera à l'intégration de la question du travail des enfants dans les politiques nationales pertinentes.