Mesures d'urgence du Programme alimentaire de l'ONU en Corée du Nord

Mesures d'urgence du Programme alimentaire de l'ONU en Corée du Nord

Enfants à l'orphelinat de Pyongsong
Le Programme alimentaire de l'ONU a annoncé aujourd'hui avoir recours à des mesures exceptionnelles pour reprendre partiellement ses distributions de nourriture aux Nord-Coréens les plus nécessiteux, tout en soulignant que cela ne suffirait pas à aider un million et demi de personnes qui souffriront donc de la faim pendant les six prochaines semaines.

Faute de dons supplémentaires, ce seront des millions de personnes mal nourries qui seront privées d'aide alimentaire en République populaire démocratique de Corée (RPDC) au cours du deuxième semestre, cette année, indique un communiqué du Programme alimentaire mondial (PAM).

« Notre capacité d'emprunter des matières premières pour un mois signifie que nous pouvons reprendre les distributions de céréales auprès d'une partie des 6,5 millions d'enfants, de femmes et de personnes âgées qui sont particulièrement dans le besoin », précise Masood Hyder, le représentant du PAM en RPDC.

La distribution de nourriture par le Programme dans le pays est devenue de plus en plus irrégulière, atteignant son point le plus bas début février quand, sur les 6,5 millions de Nord-Coréens dans le besoin, le PAM n'a pu disposer de céréales en suffisance que pour 85 000 femmes et enfants.

A la suite du dernier d'une longue série d'appels a contributions, indique le PAM dans son communiqué, l'agence a reçu récemment des dons de l'Allemagne, de la Nouvelle-Zélande, du Canada et de la Norvège. Les Etats-Unis apportent également 60 000 tonnes de vivres qui s'ajoutent à d'importantes contributions de la Commission européenne et de l'Australie.

Cependant, compte tenu des délais de livraison des vivres, qui ne sont pas attendues avant le mois d'avril, la reprise de la distribution par le PAM est en grande partie due à un prêt des autorités nord-coréennes qui consentent à mettre à disposition immédiatement 25 000 tonnes de céréales prélevées sur les stocks très limités du pays, normalement utilisés pour leur propre système public de distribution.

« C'est un développement significatif dans la mesure où la RPDC ne peut produire suffisamment pour nourrir sa population », souligne Masood Hyder qui voit dans ce prêt le signe d'une amélioration de la relation avec le Programme de l'ONU et de l'importance que le gouvernement nord-coréen y attache.

En dépit de cet emprunt, 1,5 million sur les 4,2 millions de bénéficiaires des distributions du PAM, considérés comme les plus nécessiteux de tous les mal nourris dans le pays, vont devoir se débrouiller sans les rations de l'agence pendant six semaines et, sans de nouveaux soutiens de la part des donateurs, ce nombre passera à un million en juin et à près de trois millions en août, indique l'agence.