R.D. du Congo : le chef de l'ONU pour les droits de l'homme appelle à déposer les armes

17 février 2004

Condamnant « le meurtre brutal » d'un observateur militaire de la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (MONUC), le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme par intérim a exhorté les communautés ethniques et les groupes armés à déposer les armes.

Cet observateur militaire, de nationalité kenyane, a été tué jeudi 12 février au cours d'une embuscade menée contre une équipe de la MONUC alors que le groupe revenait de Katoto, un village situé à 22 Km au nord-est de Bunia, dans la province de l'Ituri, où il s'était rendu pour vérifier des informations indiquant que de graves exactions y avaient été commises contre les populations civiles par l'Union des Patriotes Congolais (UPC), rappelle le communiqué publié par l'Office des Nations Unies à Genève.

Le Haut Commissaire par intérim, M. Bertrand Ramcharan, a réitéré ses préoccupations face aux violations répétées des droits de l'homme dans différentes régions de la République démocratique du Congo, en particulier celles où persistent des conflits de faible intensité et où prévaut une culture d'impunité.

Il a rappelé aux milices armées qui sévissent dans le district de l'Ituri que la sécurité du personnel militaire et civil de la MONUC relève de leur responsabilité et leur a demandé de coopérer pleinement avec la MONUC dans l'enquête relative à la mort de cet observateur. « Les auteurs d'actes aussi horribles ne doivent pas rester impunis », a-t-il ajouté.

M. Ramcharan a exhorté les communautés ethniques et les groupes armés à déposer au plus tôt les armes, à mettre fin aux attaques, à apporter leur appui au Gouvernement de transition et à collaborer avec les Nations Unies pour instaurer un climat favorable à la cessation définitive des hostilités.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.