Conseil de sécurité : des « progrès significatifs » en R.D. du Congo et au Burundi

17 février 2004
Intervention de Tuliameni Kalomoh au Conseil

Des progrès significatifs ont été réalisés aussi bien en République démocratique du Congo (RDC) qu'au Burundi avec toutefois encore beaucoup à accomplir et une Conférence sur les Grands Lacs qui commence à prendre forme.

Dans sa présentation au Conseil de sécurité du dernier rapport sur les recommandations de la mission du Conseil en Afrique centrale, le Sous-Secrétaire adjoint aux affaires politiques de l'ONU, Tuliameni Kalomoh, a fait état de « progrès significatifs » en République démocratique du Congo (RDC), notamment en ce qui concerne la normalisation de ses relations avec ses voisins et le rythme des opérations de désarmement-réintégration et de rapatriement des éléments armés au Rwanda, en Ouganda et au Burundi, qui « s'est accéléré au-delà de toutes les attentes.»

« Il convient de rappeler que les déploiements militaires de la MONUC [Mission des Nations Unies en RDC] en Ituri ont pour objet de stabiliser la région afin de permettre à l'Administration intérimaire de commencer à fonctionner et de faciliter son intégration au processus de transition nationale », a indiqué M. Kalomoh.

Dans son rapport, le Secrétaire général indique, en outre, que le but ultime est le rétablissement de l'autorité de l'Etat et des institutions dans la région.

Dans son exposé au Conseil, M. Kalomoh a souligné qu'un Haut Commandement avait été formé mais que les modalités d'intégration et de restructuration de la nouvelle armée de la RDC n'étaient pas encore très claires.

Une réunion du Groupe consultatif regroupant les partenaires du pays en matière de développement qui se sont réunis à Paris a permis aux pays et organisations donatrices de s'engager à verser plus de 3,9 milliards de dollars d'aide pour la période 2004-2006.

Au Burundi également des progrès ont été accomplis dans le cadre de la mise en œuvre de la mission du Conseil de sécurité, a poursuivi M. Kalomoh, qui a indiqué notamment que les perspectives s'étaient considérablement améliorées avec la conclusion d'un accord de cessez-le-feu entre le Gouvernement de transition et le CNDD-FDD suivi de l'intégration de représentants du FDD dans les institutions de transition.

« Depuis la publication du rapport, la rencontre, pour la première fois, entre le Président Ndayizeye et une délégation de haut niveau du FNL (Rwasa) au Pays-Bas, apporte de nouvelles raisons d'être optimiste », a indiqué le Sous-Secrétaire qui a exhorté les parties à poursuivre leurs discussions, avec pour le FNL l'objectif que se joindre le plus rapidement possible au processus de paix.

Comme l'indique le rapport, a poursuivi M. Kalomoh, les défis à relever sont colossaux alors que la période de transition devrait s'achever à la fin novembre. Il a annoncé qu'une mission de reconnaissance multidisciplinaire arrivait aujourd'hui à Bujumbura, la capitale burundaise, pour se rendre compte de la situation sur le terrain et évaluer le soutien supplémentaire à apporter au Gouvernement afin d'assurer l'heureuse conclusion du processus de transition.

Les progrès réalisés en RDC et au Burundi ont créé une dynamique nouvelle en faveur de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs. Le calendrier révisé prévoit la tenue d'un premier Sommet de la Conférence, en novembre prochain en Tanzanie. Comme il est noté dans le rapport intérimaire du Secrétaire général, le processus préparatoire risque de se trouver retardé, ou même sérieusement affecté, si les dispositions budgétaires ne sont pas prises de façon à doter le Bureau du Représentant spécial pour les Grands Lacs des ressources nécessaires, notamment en personnel.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.