La Force de l'ONU au Liban prolongée de six mois alors que sa zone d'opérations renoue avec les tensions

30 janvier 2004

Se déclarant préoccupé par les tensions et le risque d'escalade signalés par le Secrétaire général dans son dernier rapport sur la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL), le Conseil de sécurité a décidé de proroger le mandat de la Force jusqu'au 31 juillet 2004.

La situation qui a prévalu au Sud-Liban au cours des six derniers mois, telle que la décrit le Secrétaire général de l'ONU dans son dernier rapport, a été marquée par une escalade des hostilités entre le Hezbollah et les forces israéliennes.

Il signale que les « frappes aériennes et [les] tirs à travers la Ligne bleue ont entraîné la mort de trois Israéliens, deux soldats et un civil, et de trois civils libanais » et que parallèlement « les violations israéliennes persistantes de l'espace aérien libanais et plusieurs tirs antiaériens dirigés par le Hezbollah vers des villages israéliens ont notablement aggravé la tension. »

Dans sa résolution adoptée ce matin, le Conseil réaffirme son appui à l'intégrité territoriale, la souveraineté et l'indépendance politique du Liban à l'intérieur de ses frontières internationalement reconnues, encourage le Gouvernement libanais à continuer de veiller à ce que son autorité soit effectivement rétablie dans tout le sud, notamment par le déploiement des forces armées libanaises. Il lui demande de faire son possible pour que le calme règne dans tout le sud, y compris le long de la Ligne bleue.

Aux termes de cette résolution, le Conseil condamne tous les actes de violence, se déclare très préoccupé par les graves infractions et les violations de la ligne de retrait et demande instamment aux parties d'y mettre fin, de s'abstenir de tout acte ou de toute provocation qui pourrait aggraver encore la tension et d'honorer scrupuleusement leur obligation de respecter la sécurité du personnel de la FINUL et d'autres entités des Nations Unies.

Dans son rapport, le Secrétaire général dit également avoir noté avec préoccupation le fait nouveau que constitue « la découverte, à quatre reprises, d'engins explosifs le long de la Ligne bleue, là où elle est adjacente à l'itinéraire emprunté par les patrouilles des forces de défense israéliennes ce qui a encore aggravé les relations entre les parties (…) compromet la stabilité et met en danger des vies humaines des deux côtés de la Ligne, y compris celles du personnel de la FINUL. »

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.