Un détenu accusé de crime de guerre sanctionné pour avoir tenté de créer des troubles en Sierra Leone

21 janvier 2004

Le Tribunal spécial mis en place par l'ONU en Sierra Leone a décidé de supprimer pendant 14 jours toute communication avec l'extérieur d'un détenu accusé de crimes de guerre après avoir intercepté une communication téléphonique indiquant que ce dernier tentait de soulever la population en Sierra Leone.

En dehors de ses contacts avec ses avocats, l'ancien ministre de l'Intérieur, Sam Hinga Norman, inculpé en mars dernier, de meurtres, d'esclavage sexuel, de viol, d'enrôlement forcé d'enfants et d'attaques menées sur du personnel de l'ONU, vient d'être privé par le Tribunal spécial pour la Sierra Leone de toute communication avec l'extérieur.

La décision a été prise après qu'une écoute téléphonique, enregistrée dans la soirée de lundi, ait révélé que M. Norman participait à une opération organisée dans le but de provoquer des troubles publics en Sierra Leone.

Selon un communiqué du Tribunal, les avocats de M. Norman se préparent à contester l'inculpation pour enrôlement d'enfants soldats, en se fondant sur le fait qu'il n'existe par de dispositions internationales interdisant cette pratique.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.