L'Ambassadeur de l'Australie à la présidence de la Commission des droits de l'homme

media:entermedia_image:d501cd59-e3a9-42f0-98d6-458a6bae203b

L'Ambassadeur de l'Australie à la présidence de la Commission des droits de l'homme

La Commission des droits de l'homme de l'ONU a élu aujourd'hui l'ambassadeur de l'Australie, Michael Peter Floyd Smith, à la présidence de sa soixantième session dont les débats s'ouvriront le 15 mars 2004 et se poursuivront jusqu'au 23 avril.

La Commission des droits de l'homme de l'ONU a élu aujourd'hui l'ambassadeur de l'Australie, Michael Peter Floyd Smith, à la présidence de sa soixantième session dont les débats s'ouvriront le 15 mars 2004 et se poursuivront jusqu'au 23 avril.

Le Président a déclaré que l'Australie est un pays où le sens de la justice, l'égalité des chances et le franc-parler font partie des traditions et a assuré la Commission que son approche au cours de la session s'inspirera de près de ces traditions.

Comme ses prédécesseurs, il compte, au cours des 12 prochains mois, se consacrer à promouvoir et à défendre la cause des droits de l'homme au niveau international, et à protéger l'indépendance et l'intégrité du Haut Commissaire et du Haut Commissariat aux droits de l'homme. Il a rappelé que l'objectif de la Commission consistait, ni plus ni moins, à promouvoir et protéger les droits de l'homme partout dans le monde. L'échec ou la réussite de la Commission ne dépendra pas du nombre de résolutions qui seront adoptées mais de la capacité à apporter des améliorations réelles dans la vie des gens.

En début de séance, le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme par intérim, Bertrand Ramcharan, a rendu hommage à la mémoire du Haut Commissaire Sergio Vieira de Mello, assassiné lors d'une attaque terroriste, il y a exactement cinq mois aujourd'hui. Après avoir rappelé le mandat, les activités et l'histoire de la Commission, qui ouvre officiellement aujourd'hui sa soixantième session, M. Ramcharan a affirmé sa confiance en la Commission et en sa mission historique.

Il s'est dit certain que ses membres souhaiteront relever le défi de la protection des droits de l'homme et s'assurer le respect des peuples du monde qu'ils représentent.