Afrique de l'Ouest : des conflits s'apaisent, d'autres émergent

2 janvier 2004

Alors que la sous-région a enregistré au cours de l'année écoulée des avancées dans la bonne direction avec la consolidation de la paix en Sierra Leone et la fin de 14 ans de guerre civile au Libéria, le réseau d'information régional de l'ONU (IRIN) attire l'attention sur les problèmes qui perdurent ou émergent en Côte d'Ivoire, en Guinée, en Mauritanie, au Tchad, à Sao Tome-et-Principe, au Nigeria.

Même si les forces rebelles qui occupaient le Nord du pays, ont décidé, après trois mois de boycott, de rejoindre le Gouvernement de réconciliation nationale, la Côte d'Ivoire n'est pas sortie de la crise. Et si le Conseil de sécurité, qui devrait se prononcer à ce sujet en janvier, accepte de créer une force de 5 à 6 000 Casques bleus, celle-ci ne sera pas déployée avant le mois d'avril au plus tôt.

Les nuages s'accumulent au-dessus de la Guinée où peu nombreux sont ceux qui pensent que le président, Lansana Conte, qui souffre de diabète, de problèmes cardiaques et peut difficilement marcher, et a été réélu, le 21 décembre, lors d'un scrutin discrédité et boycotté par l'opposition, ira au bout de son mandat de 7 ans. Les diplomates craignent en sus que les combattants désoeuvrés au Libéria et en Côte d'Ivoire traversent la frontière mal contrôlée et provoquent des troubles.

En Mauritanie aussi en cette fin d'année, indique le communiqué de l'IRIN publié le 31 décembre, la situation semble instable. Le Président Maaouiya Ould Sid'Ahmed Taya a survécu de peu à un coup d'Etat et s'est lui-même réélu, le 7 novembre, pour un nouveau mandat de 6 ans ce qui a entraîné une période de troubles populaires et s'est achevé par la mise en détention de son principal rival.

Le coup d'Etat en Guinée a été accueilli par un soulagement général après qu'un gouvernement de transition ait rapidement annoncé des élections générales qui devraient avoir lieu le 28 mars 2004. Une tentative de coup d'Etat, rapidement avortée, a également eu lieu à Sao Tome-et-Principe qui s'apprête à connaître un véritable boum pétrolier.

La violence nourrie par la pauvreté, les tensions et le vol lucratif de brut continue à peser sur la région du delta du Niger au Nigeria.

Quant au Tchad, qui fait son entrée sur le marché de l'exportation de pétrole, il se trouve pris dans les conflits de la République centrafricaine et du Soudan voisins.

Les affrontements qui se développent actuellement dans le Darfour, une province occidentale du Soudan, a entraîné la fuite de 90 000 personnes qui ont trouvé refuge dans la brousse désertique et inhospitalière de l'Est du Tchad.

La « success story » de la région est la Sierra Leone mais les diplomates redoutent que le pays ne replonge dans le chaos après le retrait de la MINUSIL, la mission de l'ONU dans le pays, prévu pour l'instant pour la fin 2004. A moins que d'ici là le gouvernement ne se soit renforcé et ne s'appuie sur des forces de police et une armée fiables. Pour l'instant, la corruption larvée et un gouvernement faible reste une sérieuse préoccupation, notamment des fournisseurs de fonds, indique l'IRIN.

Le Réseau d'Information Régional Intégré (IRIN) est rattaché au bureau de l'ONU pour la Coordination des affaires humanitaires (OCHA). Créé au lendemain de la crise de 1994 dans la région des Grands Lacs de l'Afrique centrale, il s'attache à diffuser, via Internet, des informations « utiles, stratégiques et objectives afin de renforcer la capacité de la communauté humanitaire à comprendre, réagir et éviter les situations d'urgence. »

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.