Après une série d'attaques et de meurtres, le HCR demande aux autorités colombiennes de protéger les militants des droits de l'homme

24 décembre 2003

Le Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR) a demandé aux autorités colombiennes d'enquêter sur les attaques répétées qui se sont produites à l'encontre d'organisations, notamment d'organisations de femmes, s'occupant des personnes déplacées à l'intérieur du pays.

Dans une déclaration publiée aujourd'hui, le Bureau du HCR à Bogota condamne l'attaque, vendredi dernier, de l'organisation non gouvernementale Corporación Casa de la Mujer. Des hommes armés non identifiés, indique l'agence, ont fait irruption dans les bureaux de cette association et se sont emparés de dossiers informatiques et de documents.

Le HCR souligne qu'il ne s'agit là que de la dernière d'une série d'opérations menées contre les individus et les groupes agissant en faveur des personnes déplacées à l'intérieur du pays et en particulier des femmes.

En septembre, un membre d'une association de femmes intervenant dans ce secteur, Francis Girón Quilindo, a été assassiné. Une autre activiste, Esperanza Amaris Miranda, a été tuée le 16 octobre à Barrancabermeja, une ville du Nord du pays. D'autres attaques et des menaces visant les femmes impliquées dans l'aide aux personnes déplacées à l'intérieur du pays se produites dans la région de la côte caribéenne de Colombie.

Le HCR a demandé aux autorités d'enquêter et de condamner les responsables de ces actes tout en assurant la protection de ceux qui ont été menacés et de leurs familles.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.