Nouvel appel de l'ONU à une action urgente pour que la crise du Darfour ne remette pas en cause les progrès réalisés au Soudan

19 décembre 2003

Au moment où le monde se prend à espérer la fin de la guerre, les événements au Darfour menacent d'entraîner le pays dans un nouveau conflit, s'inquiète le Représentant spécial de l'ONU pour les personnes déplacées dans leur propre pays, qui rappelle que la guerre civile récurrente qui affecte le Soudan depuis 1955 a entraîné le déracinement forcé de 4 millions de personnes, en faisant le pays au monde le plus affecté par le fléau des déplacements internes.

Alors que le monde attend maintenant avec optimisme la fin de la guerre, qui laisse entrevoir des perspectives de solution durable à la crise des déplacements de populations, un autre conflit tragique a éclaté dans la région du Grand Darfour, dans l'Ouest du pays, entre des groupes d'opposants rebelles et les forces gouvernementales, dont il est rapporté qu'elles seraient alliées avec des milices locales arabes, indique un communiqué de l'ONU publié aujourd'hui.

Il précise que plus de 670 000 personnes ont été déplacées, que 70 000 autres personnes ont fui pour se réfugier au Tchad et que l'on estime en outre à 3 000 le nombre de civils non armés qui auraient été tués.

Le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour les personnes déplacées dans leur propre pays, Francis Deng, souligne que ces déplacements de populations ont lieu alors même que le Gouvernement soudanais commence à obtenir un soutien international pour la manière dont il traite la crise des déplacements internes de populations et pour les progrès réalisés sur la voie de la paix.

Il convient en outre de relever qu'en septembre dernier, le Gouvernement du Soudan a accueilli une conférence de l'Autorité intergouvernementale pour le développement - une organisation sous-régionale - qui a réaffirmé, dans la Déclaration de Khartoum adoptée à l'issue de cette conférence, les Ministres des États membres de l'Autorité intergouvernementale réaffirment que la responsabilité première en matière de protection et d'aide aux personnes déplacées internes et en matière de recherche de solutions incombe aux gouvernements nationaux.

M. Deng appelle le Gouvernement du Soudan à apporter une protection aux personnes déplacées à l'intérieur du pays et aux autres communautés concernées, tout en coopérant avec la communauté internationale en vue de faciliter l'accès pour la fourniture d'une aide humanitaire dont ces populations ont un besoin urgent.

Il rappelle qu'en outre, tous les acteurs armés dans la région de Darfour sont liés par le droit humanitaire de protéger les civils contre tout déplacement arbitraire et d'assurer la sécurité et le bien-être des personnes déplacées.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.