Cérémonie de réunification des ex-factions belligérantes en R.D. du Congo, indique la Mission de l'ONU

10 décembre 2003

A Kisangani, dans la Province orientale de la République démocratique du Congo (RDC), s'est déroulée aujourd'hui une cérémonie d'intégration des ex-factions belligérantes. A terme une brigade de 3 700 hommes de l'armée unifiée serait déployée dans trois mois en Ituri à côté de la Mission de l'ONU, indique la mission.

"Les 120 soldats congolais dénouent leur foulard, rouge pour les 40 militaires de l'ex ANC (armée du RCD), vert pour les 40 ex FAC ( Forces armées congolaises) et jaune pour les 40 ex ALC (armée du MLC de Jean-pierre Bemba). Chacun garde un temps l'étoffe à la main avant de serrer celle de son voisin. Puis, au bruit de la fanfare solennelle, les rubans colorés sont lâchés et tombent sur le bitume du tarmac de l'aéroport de Kisangani, au pied des bottes cirées des soldats de l'armée réunifiée."

Ce reportage d'un des journalistes de la MONUC, la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo, Christophe Bouliérac, décrit la cérémonie d'intégration des ex-factions belligérantes qui s'est déroulée aujourd'hui à Kisangani, dans la Province orientale de la RDC.

Selon les informations fournies par ce reportage, ce sont 1 400 hommes de l'armée unifiée qui vont recevoir, à Kisangani, une formation qui inclura aussi bien les règles d'engagement qu'une initiation aux droits de l'homme et peut-être ultérieurement l'aide au déminage.

Au total, selon le Ministre congolais de la défense Jean-Pierre Ondekane, présent à la cérémonie, c'est une brigade de 3 700 hommes, issus de toutes les anciennes factions belligérantes qui devrait être formée par la Belgique, épaulée dans un second temps par d'autres pays.

Cette brigade sera déployée en Ituri dans trois mois, aux côtés de la MONUC. “D'autres brigades sont prévues pour l'Est du Congo”, a ajouté le Ministre.”

“Il faut saluer ces efforts conjoints congolais et belges visant à faire un premier pas dans la formation de la première brigade de l'armée intégrée restructurée”, indique de son côté le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU en RDC, William Swing, lui aussi présent à Kisangani pour l'occasion.

“C'est très important pour le Congo et dans ce sens pour la MONUC. L'établissement de l'armée nationale intégrée restructurée est en effet un élément de la transition. Il est difficile d'envisager la tenue des élections en 2005 sans cette armée, tout comme sans la police ou sans les lois votées par l'Assemblée nationale congolaise”, a souligné M. Swing.

Dans le cadre du soutien actuel de la communauté internationale au processus de transition congolais, “le soutien le plus important depuis l'indépendance du Congo”, selon M. Swing, la MONUC a un rôle important de “coordination “ qui devrait évoluer vers un soutien technique et logistique.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.