Neuf milliards d'humains en 2300 : une hypothèse moyenne du dernier rapport de l'ONU sur la population

9 décembre 2003

« La population dans le monde en 2300 », un rapport de la Division de la population de l'ONU rendu public aujourd'hui, travaille pour la première fois sur des prévisions à près de 300 ans et anticipe dans l'intervalle une croissance de la population plus modérée que ce qui avait été auparavant annoncé en même temps que la poursuite du vieillissement global.

Le rapport (en anglais) de la Division de la population de l'ONU est novateur à deux égards. Il établit des projections qui, pour la première fois, font porter l'analyse jusqu'en 2300 alors que jusqu'à présent elles n'allaient pas au-delà de 2150 et il inclut par ailleurs des résultats par pays.

Selon un scénario moyen qui pose comme présupposé un taux de fertilité de deux enfants par femme, la population mondiale se situerait en 2300 entre 6,3 milliards et 9 milliards de personnes. Ces chiffres sont en mettre en relation avec le niveau actuel de la population qui s'éleve à 6,3 milliards d'individus.

En revanche, si la fertilité restait la même qu'aujourd'hui, la population mondiale s'élèverait à 244 milliards de personnes en 2150 et 134 trillions en 2300.

Ces derniers chiffres « indiquent clairement que les niveaux élevés actuels de fertilité ne peuvent se maintenir indéfiniment », souligne un communiqué émanant de la Direction des affaires économiques et sociales de l'ONU dont dépend la division de la population, auteur du rapport.

Même avec un taux de 2 enfants par femme, inférieur donc au taux actuel, la population continuera cependant de croître en raison des progrès réalisés en matière de longévité. Aux deux extrémités de la fourchette de ce scénario « moyen », on trouve une estimation qui chiffre la population mondiale à 2,3 milliards dans le cas d'un taux de fertilité à 1,85 et une estimation à 36,4 milliards dans le cas d'un taux de fertilité stabilisé à 2,35 enfants par femme.

Dans le même intervalle, la part de la population africaine passera de 13 à 24%. L'âge médian de la population mondiale passera, lui, de 26 ans, son niveau actuel, à près de 50 ans alors que la proportion des personnes âgées de 60 ans et plus passera de 10 à 38%. Enfin, pour de nombreux pays, l'espérance de vie à la naissance sera supérieure à 100 ans.

Le rapport qui est chaque année très attendu, sera présenté à la communauté scientifique et notamment aux membres du Groupe d'experts des Nations Unies sur la population mondiale en 2300 qui discuteront des implications des différentes projections.

Le communiqué du Département des affaires économiques et sociales indique que ces projections sont particulièrement nécessaires aux environnementalistes, aux décideurs politiques et autres spécialistes qui étudient les implications à long terme des tendances démographiques.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.