L'Assemblée générale étudiera à nouveau la question du clonage humain en 2004

9 décembre 2003

Au terme de longues négociations, l'Assemblée générale a décidé ce matin de reporter d'un an et non de deux comme le recommandait sa Commission juridique, l'examen du point de son ordre du jour intitulé « Convention internationale contre le clonage humain. »

Ce faisant, elle n'a pas accédé à la demande du Costa-Rica qui présentait un projet de résolution par lequel l'Assemblée générale aurait demandé que le Comité spécial sur la question du clonage se réunisse à nouveau pendant une semaine pour établir d'urgence le projet de texte d'une convention internationale contre le clonage humain.

La difficulté de parvenir à un consensus sur cette question provient du fait qu'il existe une opposition de principe entre les pays qui souhaitent interdire toute forme de clonage humain y compris à des fins thérapeutiques et ceux qui souhaitent laisser ouverte cette possibilité aux chercheurs.

Le représentant du Royaume-Uni, notamment, a réaffirmé que son pays n'adhèrera jamais à une convention internationale qui viserait à interdire le clonage à des fins thérapeutiques.

L'Assemblée générale a adopté ce matin un total de 15 résolutions sur recommandation de la Commission juridique (Sixième Commission) parmi lesquelles un texte adopté sans vote concernant le terrorisme international.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.