Afghanistan : participation de 80% aux élections à la Loya Jirga constitutionnelle

8 décembre 2003

Alors que les élections des délégués à la Loya Jirga constitutionnelle touchent à leur fin, le secrétariat de la Commission constitutionnelle annonce une participation moyenne de 81% et l'arrivée à Kaboul de 200 délégués, indique la Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA).

« J'ai le plaisir de vous annoncer que les élections pour la Loya Jirga constitutionnelle (LJC) sont achevées dans 2 provinces et que les 4 provinces restantes, Kaboul, Kandahar, Herat et Khost, devraient avoir terminées d'ici à lundi », a indiqué le directeur du Secrétariat de la Commission constitutionnelle, Farooq Wardak, lors d'un point de presse qui s'est déroulé hier à Kaboul.

Selon le communiqué publié hier par la MANUA, il s'est déclaré particulièrement satisfait de la participation moyenne qui s'est élevée à 81% avec seulement deux provinces, Zaboul et Nuristan, qui, pour des raisons de sécurité, ont enregistré une participation au vote inférieure à 50%.

M. Wardak a également précisé que 200 délégués étaient déjà arrivés à Kaboul et s'étaient réunis de façon informelle pour un échange de points de vue sur une organisation permettant à la LJC de se dérouler dans les meilleures conditions possibles. Il a indiqué des pré-sessions étaient organisées depuis hier et qu'elles avaient essentiellement pour but d'informer les délégués des règles de procédures.

« Il existe certaines limites, la principale consistant dans la présence de 100 femmes déléguées et de la difficulté d'héberger leurs mahrams (leurs parents masculins) à l'Intitut polytechnique », a-t-il précisé.

Les travaux à l'Institut polytechnique de Kabout où se rassemblera la LJC, sont achevés, a annoncé M. Wardak qui a ajouté qu'il avait fallu 100 000 jours de travail d'employés afghans pour les mener à bien.

« C'est une nouvelle indication sur l'extraordinaire potentiel qui existe en Afghanistan », a-t-il souligné.

Répondant à une question sur le démarrage des travaux de la LJC, M. Wardak a expliqué que la date initiale, fixée au 10 décembre, « n'était peut-être pas réaliste » car il était possible que tous les délégués ne soient pas arrivés à Kaboul d'ici là.

« La journée officielle pendant laquelle le Père de la Nation, Zaher Shah, déclarera ouverte la Loya Jirga constitutionnelle peut-être le 11 ou le 12 ou même le 14 mais d'ici là nous aurons des pré-sessions qui sont aussi importantes que la session officielle », a-t-il expliqué.

Seul le premier jour de la LJC donnera lieu à une discussion générale sur la Constitution dans la grande tente dressée à cet effet. Ensuite ces discussions sur le contenu de la Constitution s'effectueront dans le cadre de 10 comités de travail de telle sorte que tout le monde ait la possibilité de s'exprimer et d'indiquer quel mandat ils ont reçu de ceux qui les ont élus. Les recommandations des comités seront ensuite rassemblées et harmonisées par le Comité de réconciliation puis présentées à la plénière pour approbation, a indiqué M. Wardak.

Interrogé sur le fait que certains commandants (de groupes armés) avaient emporté l'élection et était devenu de ce fait délégués à la Loya Jirga, M. Wardak a répondu que le Comité exécutif était là pour recevoir les plaintes et qu'au cours de ses cinq réunions, il avait révoqué trois délégués, l'un provenant de l'Est de l'Afghanistan, le second du Nord et le troisième du Nord-est.

Est-ce que Rabbani fait partie de ces cas ? a-t-il été demandé à Farook Wardak. « Non, a répondu celui-ci, il n'est pas interdit à Rabbani ou aux leaders des (partis) jihadi de prendre part aux élections. »

Ancien Président d'Afghanistan et dirigeant du parti Jamiat Islami, Burhanuddin Rabbani a été un des principaux acteurs de la guerre civile qui a divisé le pays dans les années 90.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.