L'Envoyé de l'ONU pour l'Afrique de l'Ouest défend une approche régionale de l'insécurité

12 novembre 2003

L'insécurité est un des problèmes transfrontaliers les plus critiques auxquels soit confrontée la sous région, affirme le Représentant spécial de l'ONU pour l'Afrique de l'Ouest avant de se rendre à la première réunion de haut niveau des chefs des missions de l'ONU en Afrique de l'Ouest, qui sera tiendra à Freetown en Sierra Leone le 14 novembre.

Les éléments qui alimentent cette insécurité incluent les mouvements frontaliers de combattants, la prolifération des armes légères, les enfants soldats, les mercenaires et la culture de l'impunité mais aussi les barrages routiers et les questions relatives à la santé et à l'environnement, précise un communiqué diffusé aujourd'hui par le Bureau du Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour l'Afrique de l'Ouest, Ahmedou Ould Abdallah.

« Ce sont tous des problèmes régionaux qui ont besoin d'une approche régionale pour être abordés efficacement », affirme M. Ould Abdallah, avant de rejoindre à Freetown les chefs des missions de l'ONU en Côte d' Ivoire, en Guinée Bissau, en Sierra Leone et au Libéria.

Le bureau des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest prépare une étude sur la façon d'apporter une perspective régionale à la résolution de problèmes transfrontaliers. Elle comportera des recommandations « concrètes et pratiques » qui seront bientôt discutées par le Conseil de sécurité de l'ONU, indique le communiqué.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.