Le multilatéralisme est la voie la plus directe vers la prospérité de tous les peuples, selon Kofi Annan

30 octobre 2003

« Le progrès dépend avant tout de l'attitude des dirigeants, de leur volonté de dépasser les contraintes nationales, de reconnaître que les destinées de tous les peuples de la planète sont inextricablement liées et de voir dans le multilatéralisme la voie la plus directe vers une prospérité générale » a indiqué aujourd´hui le Secrétaire de l´ONU, Kofi Annan, devant l´Assemblée générale réunie dans le cadre d´un débat de haut niveau sur le financement du développement qui a débuté hier.

« Le progrès dépend avant tout de l'attitude des dirigeants, de leur volonté de dépasser les contraintes nationales, de reconnaître que les destinées de tous les peuples de la planète sont inextricablement liées et de voir dans le multilatéralisme la voie la plus directe vers une prospérité générale» a indiqué aujourd´hui le Secrétaire de l´ONU, Kofi Annan, devant l´Assemblée générale réunie dans le cadre d´un débat de haut niveau sur le financement du développement qui a débuté hier.

Bien que l´aide publique au développement (APD) se soit accrue, elle demeure insuffisante pour atteindre les objectifs de développement du Millénaire, a précisé Kofi Annan qui a fait remarquer que, en 2002, pour la sixième année consécutive, le transfert net de ressources s'était effectué au bénéfice des pays développés et non des pays en développement et avait même atteint près de 200 milliards de dollars, ce qui est un niveau record. Cette situation défie l´entendement, a-t-il poursuivi.

«Il faut absolument que la tendance s´inverse » a déclaré Kofi Annan en ajoutant que « le système doit être remanié dans son ensemble pour que tous les pays et tous les peuples, surtout les plus pauvres, puissent en bénéficier ».

Le Secrétaire général a rappelé aux hauts responsables de gouvernements et d´institutions multilatérales chargés des finances, du commerce et de la coopération au développement et à tous les autres acteurs du développement participant au Dialogue de haut-niveau l´importance des acquis de la conférence de Monterrey, au Mexique - organisée l´année dernière sous l´égide des Nations Unies - qui, sans avoir été exempte de tensions et de désaccords, a débouché sur de véritables progrès.

Les engagements pris à Monterrey ont inversé la tendance au déclin ou à la stagnation de l´APD, tendance aussi préoccupante que calamiteuse qui durait depuis une dizaine d'années, a précisé le Secrétaire général.

La conférence a permis d´ancrer «la conception selon laquelle les pauvres et les pays pauvres sont des partenaires du développement» et a été l´occasion pour les pays développés et les pays en développement de reconnaître leurs responsabilités et leurs manquements, sans plus chercher à se rejeter mutuellement la faute. « C´est cette nouvelle approche du financement du développement que nous devons absolument conserver » a ajouté Kofi Annan.

«L'incertitude de la conjoncture économique, les difficultés sociales de tous ordres et l'impasse dans laquelle se trouvent les négociations commerciales nous imposent de franchir un cap lors des pourparlers de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) qui se tiendront à Genève en décembre » a déclaré Kofi Annan en ajoutant « c'est en restant unis et déterminés que nous nous toucherons au but ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.