L´Envoyé de l´ONU exhorte les nations du Moyen-Orient à faire cesser l´escalade de la violence

L´Envoyé de l´ONU exhorte les nations du Moyen-Orient à faire cesser l´escalade de la violence

Déplorant la détérioration de la situation entre Israël et ses voisins syriens et libanais, l´Envoyé de l´ONU a exhorté aujourd´hui toutes les parties à faire cesser l´escalade de la violence qui ne peut conduire qu´à une aggravation du conflit.

Les forces israéliennes ont pénétré, le 5 octobre, dans l´espace aérien syrien et attaqué le village de Ain Al Sahib situé en Syrie en représailles à une attaque à la bombe perpétrée la veille en Israël. Une autre attaque perpétrée le 6 octobre à partir du territoire libanais a tué un soldat israélien du côté israélien de la Ligne de retrait.

« Les attaques et les contre-attaques qui ont été perpétrées ces derniers jours nous entraînent sur une pente dangereuse et vers davantage de violence. J´exhorte toutes les parties à ne pas prendre ce chemin. Toutes les parties devraient au contraire respecter les résolutions du Conseil de sécurité et les législations internationales », a déclaré M. Terje Roed-Larsen, le Coordonnateur spécial de l´ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient, après s´être entretenu à Beirout avec le Président libanais Emile Lahoud. Cette rencontre faisait partie d´une visite de M. Roed-Larsen dans la région. Au cours de cette visite, celui-ci devrait également se rendre en Syrie et en Jordanie.

« Le Gouvernement d´Israël doit s´abstenir d´utiliser la force de façon unilatérale, présenter ses plaintes au Conseil de sécurité et cesser toute violation de l´espace aérien libanais », a indiqué M. Roed-Larsen. « Le Gouvernement libanais doit, quant à lui, contrôler l´utilisation de la force sur l´ensemble de son territoire et éviter toute attaque visant l´autre côté de la Ligne de retrait », a-t-il ajouté.

M. Roed-Larsen a indiqué qu´il était extrêmement préoccupé par la complexité des réseaux reliant les conflits dans la région « qui se sont élargis et approfondis du fait de la réouverture possible d´un nouveau front entre Israël et la Syrie et des violations de la Ligne de retrait ».