Le Conseil de sécurité dénonce l´attaque israélienne en territoire syrien

Le Conseil de sécurité dénonce l´attaque israélienne en territoire syrien

media:entermedia_image:2c0d5a3a-d8d6-40e5-8487-fc1166f2d6b9
Convoqué d´urgence à la demande du représentant de la Syrie auprès de l´ONU, le Conseil de sécurité s´est réuni dimanche après-midi et a dénoncé les attaques israéliennes en territoire syrien ainsi que l´escalade de la violence dans la région.

Convoqué d´urgence à la demande du représentant de la Syrie auprès de l´ONU, le Conseil de sécurité s´est réuni dimanche après-midi et a dénoncé les attaques israéliennes en territoire syrien ainsi que l´escalade de la violence dans la région.

Une trentaine de représentants, dont les 15 membres du Conseil de sécurité, ont pris la parole au cours de la réunion convoquée par Fayssal Mekdad, le représentant permanent de la Syrie auprès de l´ONU, qui avait demandé à ce que le Conseil examine les violations des espaces aériens syrien et libanais par l'aviation israélienne et l'attaque par missile que cette dernière a lancée dimanche sur le village de Ain Al Sahib en territoire syrien.

La majorité des intervenants ont condamné l'attaque israélienne qu'ils ont définie comme une atteinte à la souveraineté territoriale syrienne et une grave violation du droit international, précisant que l'attentat d'Haïfa, qui a coûté la vie à 19 civils israéliens parmi lesquels se trouvaient trois Arabes israéliens, ne pouvait en aucune manière justifier cette opération militaire.

Le représentant de la Syrie a indiqué que l'attaque israélienne était une violation à la fois de la Charte des Nations Unies, du droit international et de l´Accord de désengagement de 1974 entre les deux pays et a soumis au Conseil un projet de résolution condamnant l'agression militaire menée par Israël. M. Mekdad a également déclaré que cette attaque était un acte d´agression terroriste qui faisait partie d´une stratégie visant à encourager l´escalade de la violence au Moyen-Orient et saper les efforts de paix entrepris par la communauté internationale dans la région.

Répondant à l´intervention de M. Mekdad, le représentant d'Israël auprès de l´ONU, Dan Gillerman, a expliqué que cette attaque visait un camp terroriste où l'on apprenait à tuer, à confectionner des bombes et à commettre des attentats-suicide. M. Gillerman a dénoncé l´attaque terroriste commise la veille à Haïfa soutenue par le Djihad islamique et a demandé à la Syrie de cesser de financer et d´appuyer des organisations terroristes. Le représentant d´Israël a également accusé l´Iran de soutenir des organisations terroristes. Aucune paix ne peut aboutir tant que le terrorisme prospère, a-t-il ajouté, en demandant au Conseil de sécurité d'aider les victimes du terrorisme et non ses parrains.

L'Observateur permanent de la Ligue des Etats arabes, Yahya Mehmasani, a invité le Conseil à tout mettre en oeuvre pour qu'Israël ne soit plus au-dessus du droit international, en rappelant que 37 résolutions des Nations Unies n'ont jamais été appliquées par Israël. De son côté le représentant des Etats-Unis, John Negroponte, a déploré que la Syrie soit du mauvais côté de la guerre et que Damas puisse continuer à soutenir des organisations terroristes.

Les membres du Conseil de sécurité ont félicité la Syrie de ne pas avoir riposté à l´attaque israélienne par une action militaire et ont encouragé les parties concernées à poursuivre la recherche d´une paix juste et durable et à mettre en oeuvre la Feuille de route établie par le Quatuor diplomatique - ONU, Etats-Unis, Union européenne et Fédération de Russie - qui vise à régler de façon définitive le conflit israélo-palestinien d´ici à 2005.