Face à une crise humanitaire sans précédent en Afrique, l'agence alimentaire de l'ONU plaide pour des stratégies à long terme

30 septembre 2003

Les fonds nécessaires pour faire face à la pire des crises humanitaires qu'ait jamais connue l'Afrique est équivalent au budget total de l'agence alimentaire de l'ONU, a indiqué son directeur qui a appelé à l'élaboration de stratégies d'aide à long terme ayant pour objectif l'autosuffisance des populations concernées.

Les fonds nécessaires pour faire face à la pire des crises humanitaires qu'ait jamais connue l'Afrique est équivalent au budget total de l'agence alimentaire de l'ONU, a indiqué son directeur qui a appelé à l'élaboration de stratégies d'aide à long terme ayant pour objectif l'autosuffisance des populations concernées.

Le directeur exécutif du Programme alimentaire mondial (PAM), James Morris, qui participait à Tokyo à la Conférence internationale sur le développement de l'Afrique (TICAD III), a plaidé pour que l'aide humanitaire soit utilisée dans le cadre de stratégies à long terme qui permettraient aux populations confrontées aux sécheresses cycliques, comme c'est le cas en Afrique, d'être mieux préparées à les affronter.

Insistant pour que l'aide humanitaire ne soit pas utilisée comme un "pansement", James Morris a affirmé que "répondre aux situations d'urgence ne suffisait pas" et qu'il fallait "travailler pendant les périodes calmes sur des projets à long terme qui éradiquent la faim, la pauvreté et la dépendance."

Il a cité en exemple l'action menée par le PAM dans certains secteurs de l'Ethiopie où des communautés ayant participé aux projets "Des vivres contre du travail" ont récemment mieux survécu aux périodes récentes d'extrême sécheresse que celles qui n'avaient pas bénéficié de ces programmes.

Avec plus de 40 millions de personnes souffrant de la faim cette année, l'Afrique est actuellement confrontée à l'une des pires crises humanitaires de son histoire et les besoins en matière d'aide atteignent des niveaux sans précédent, a indiqué James Morris qui a précisé que le PAM avait besoin de 2 milliards de dollars, soit l'équivalent de son budget total pour l'ensemble du monde, simplement pour répondre aux besoins alimentaires de l'Afrique en 2003.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.