Des plomberies défectueuses suspectées d'avoir contribué à la transmission du SRAS, indique l'OMS

26 septembre 2003

Selon les conclusions d'une consultation technique de l'agence de l'ONU pour la santé, des plomberies défectueuses ont contribué à la propagation de la pneumopathie atypique baptisée Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) dans les immeubles d'habitation de Hongkong et à celle d'autres maladies infectieuses dans plusieurs autres pays. Il serait donc relativement facile d'interrompre la transmission et d'éviter certaines maladies, dont le SRAS s'il devait réapparaître, ont estimé les experts.

« Dans de nombreux pays, il existe des bâtiments où l'évacuation des eaux usées sans contact avec les occupants représente un problème crucial. Il en résulte que des virus nocifs, dont le coronavirus du SRAS, peuvent être aspirés dans les habitations à partir des réseaux d'évacuation si, par exemple, de puissants extracteurs d'air fonctionnent dans les salles de bain », explique le docteur Bartram, qui dirige le programme Eau, assainissement et santé de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), dans un communiqué de l'agence rendu public aujourd'hui.

« Heureusement, ajoute-t-il, il existe des solutions simples qui ont été mises en place dans la majeure partie du monde. Il reste néanmoins des endroits où des solutions de facilité en matière de conception, de construction ou d'entretien, compromettent toujours la sécurité. »

Réuni à Rome, le groupe international d'experts de l'OMS a examiné les risques de transmission en relation avec l'état des plomberies dans le monde et les possibilités de propagation du SRAS, s'il réapparaît, lorsque les pratiques de construction et d'entretien n'ont pas le niveau requis.

« Si les faits montrent que, dans la plupart des cas, le SARS s'est propagé avant tout sur de courtes distances par l'intermédiaire de gouttelettes, certaines situations ont permis d'autres voies de transmission. La voie fécale par le biais de l'évacuation des eaux usées constitue l'une d'entre elles, raison pour laquelle la consultation a recommandé de prendre des mesures pour lutter contre la transmission des virus pathogènes par l'intermédiaire des eaux usées », a ajouté le docteur Bartram.

Dans leurs conclusions, les experts de l'OMS demandent aux Gouvernements de prendre des dispositions afin d'intensifier une action conjointe de sensibilisation générale aux risques présentés par les systèmes défectueux de plomberie et d'évacuation des eaux usées ainsi que des mesures concrètes pour pallier les insuffisances dans ce domaine.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.