Cancun : plaidoyer de la FAO en faveur de la réduction des subventions à l'agriculture

11 septembre 2003

La FAO, l'agence de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture, a plaidé aujourd'hui auprès des participants à la 5e conférence ministérielle de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) en faveur du démantèlement des barrières faisant obstacle à un commerce international équitable, affirmant que l'équité en matière de commerce de produits agricoles était vitale pour la sécurité alimentaire des pays en développement (PED), la réduction de la pauvreté et la croissance.

La FAO, l'agence de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture, a plaidé aujourd'hui auprès des participants à la Cinquième conférence ministérielle de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) en faveur du démantèlement des barrières faisant obstacle à un commerce international équitable, affirmant que l'équité en matière de commerce de produits agricoles était vitale pour la sécurité alimentaire des pays en développement (PED), la réduction de la pauvreté et la croissance.

"Un énorme potentiel agricole caché existe dans les PED pour relever le double défi de la faim et de la pauvreté. Nous devons nous concentrer à nouveau sur une collaboration efficace entre le Nord et le Sud afin que les ressources disponibles soient utilisées efficacement", a déclaré Hartwig de Haen, Sous-Directeur général de la FAO

Dans une déclaration à Cancún, la FAO exhorte les pays industrialisés à réduire substantiellement les subventions à l'exportation, baisser les tarifs douaniers et réduire les soutiens internes afin d'accroître les importations de produits agricoles en provenance des pays en développement.

"Si le commerce doit servir de moteur à la croissance économique et à la réduction de la pauvreté, les pays du Nord comme ceux du Sud doivent élargir leur base de production sur une base concurrentielle équitable", a affirmé M. de Haen. "L'avantage comparatif peut assurer à tous une juste part du revenu mondial croissant."

Selon le principe de l'avantage comparatif, un pays profite du commerce dès lors qu'il se spécialise dans un type de production ou de transformation où il est plus performant. Des études de la FAO démontrent pourtant que de nombreux obstacles handicapant pour les PED entravent ce principe.

La FAO, qui estime à 840 millions le nombre des personnes ayant souffert en 2000 de sous-alimentation chronique, dont 800 millions dans les PED, fait douze recommandations, notamment : diminuer les tarifs douaniers ; contrer les effets négatifs des réformes commerciales dans les pays les moins avancés et les pays importateurs nets de produits alimentaires ; simplifier les règles du commerce international ; et aider davantage les PED à devenir plus compétitifs en matière de commerce.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.