Le chef de l'UNESCO condamne l'assassinat de journalistes aux Philippines

Le chef de l'UNESCO condamne l'assassinat de journalistes aux Philippines

media:entermedia_image:81fbf312-a7a6-4af6-bd88-2629eb1657d0
Le Directeur Général de l'UNESCO, a condamné aujourd'hui l'assassinat de trois journalistes aux Philippines, affirmant qu'il « sapait l'engagement avéré » des autorités philippines en faveur de la liberté de la presse depuis le retour de la démocratie en 1986.

« Aussi longtemps que les armes à feu seront utilisées pour museler les journalistes, une réelle liberté d'expression ne pourra pas exister. C'est la raison pour laquelle, soucieux de la démocratie et du droit de l'homme fondamental qu'est la liberté d'expression, garanti par l'article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme, j'appuie le gouvernement des Philippines dans sa détermination à enquêter sur ces crimes et à punir leurs auteurs », a déclaré le Directeur Général de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Koïchiro Matsuura, dans un communiqué publié aujourd'hui.

Condamnant les assassinats de Juan « Jun » Pala, le 6 septembre, Rico Ramirez, le 20 août et auparavant de Noel Villarante, il a souligné qu'ils « s'ajoutaient à des douzaines d'autres perpétrés à l'encontre de membres de la presse philippine, au cours des dernières années. »

Koïchiro Matsuura a également rappelé qu'au cours de la 29e session de la Conférence Générale de l'UNESCO, en 1997, la totalité des Etats membres s'était engagée à enquêter et à poursuivre les assassins de journalistes